La manifestation contre la violence policière a pris fin après la casse de deux voitures

Les 250 manifestants rassemblés contre les violences policières qui sont partis de la place Poelaert, à Bruxelles, ont marché en perturbant la circulation dans le quartier Matonge, ont traversé la rue Belliard et se sont arrêtés dans la rue de l'Industrie où un jeune a tapé sur deux voitures avec une batte de base-ball. La majorité des manifestants a fortement condamné le geste et a décidé d'arrêter l'action. Ils se sont rassemblés au square de Meeus avant de se disperser.

Bien que seul un rassemblement statique devant le Palais de justice ait été autorisé, les policiers ont toléré la déambulation sauvage des jeunes dans les rues de Bruxelles. Aucun incident entre les jeunes et la police n'a été constaté.

Organisé par la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et les jeunes de la FGTB, le rassemblement pour contester les violences policières dont ont été victimes les manifestants du 17 juin a été rejoint par une trentaine d'associations.

Pour rappel, le 17 juin, le Parti populaire a manifesté contre le "fascisme vert" de Sharia4Belgium. Le mouvement extrémiste Nation était venu le rejoindre. La JOC et la jeunesse FGTB avaient organisé une contre-manifestation pour s'opposer au libre défilé d'extrémistes dans les rues. De jeunes manifestants avaient brutalement été arrêtés à l'intérieur de la station de métro Trône.