L’été dernier devant 3 personnes

La belle histoire de David Goffin, sorti lucky loser, a remis celle de Bernard Mignot dans l’actualité.

B.Mignot

L’organisation du tournoi l’a oublié, mais un autre Belge a réussi la performance de sortir des qualifications de Roland Garros en lucky loser et d’y atteindre les 1/8es de finale : le Verviétois Bernard Mignot, en 1976. Histoire d’un autre temps avec un gentleman retraité à Valreas dans le sud de la France. « J’ai perdu au 3e tour des qualifs, et on m’a dit que je n’avais aucune chance d’être repêché. Avant de rallier le site pour voir jouer les copains, j’ai donc été au cinéma et j’ai même mangé une pizza. En arrivant, encore à l’extérieur du stade, j’ai entendu: « Bernard Mignot dernier appel! ». Un Néo-Zélandais avait mal digéré ses moules... C’est donc, par hasard - je changeais d’hôtel tous les jours - et dans la canicule, deux adversaires sur trois s’écroulant au 5e set, que je suis passé « à la postérité »... Le journal L’Équipe s’en est souvenu, je viens de l’avoir au téléphone.»

Votre plus belle perf ?

Celle que tout le monde a retenue, mais j’ai aussi été 1er Belge à remporter un tournoi ATP. À Dusseldorf. J’y ai battu Kodes, vainqueur à Roland Garros et Wimbledon. J’ai gagné contre de grands joueurs, et perdu contre d’autres devant des tribunes vides. J’ai été dix ans capitaine de Coupe Davis. En 1991, en Australie, j’ai fait débuter Filip Dewulf, alors 4e choix et 500e mondial, ça n’a pas plu à tout le monde. Un peu comme Réginald Willems à Charleroi, ce fut mon dernier match...

Mignot, Gurdal, Monami... Verviers comme un microclimat tennistique ?

Quasi familial. Michèle est ma cousine. Dominique a dormi dans mon bureau... à l’âge où elle le faisait encore dans son couffin, je précise. Même la maman de Réginald Willems est de Verviers. J’ai voulu obtenir un diplôme d’ingénieur en électro-mécanique, mais je n’ai jamais exercé. En 1973, j’ai bâti le Tennis de Maison Bois et j’y ai fait ma vie, à l’époque nous étions les seuls à 50 km à la ronde.

Et David Goffin, vous en pensez quoi ?

L’été dernier, je l’ai vu dans un tournoi à St-Rémy de Provence, je ne savais même pas qu’il y jouait, et je suis resté une demi-heure, il a gagné 6-2, 6-2, devant trois personnes. Juste pour mesurer le palier franchi. La télé française n’a pas diffusé ses matches, mais j’ai regardé sur internet. Je ne le croyais pas capable de bousculer ainsi Federer, qui a commis un nombre invraisemblable de fautes directes, et de se retrouver à deux points de deux sets zéro. Impressionnant. Après, il s’est désuni, pour se reprendre en 4e manche.

Il a du talent, on a toujours eu de bonnes mains chez nous, ce n’est pas qu’inné, cela fait partie de la formation à la belge. Il a un mental d’acier, on a l’impression qu’il ne panique jamais. Il a de la résistance physique, mais il est fluet au regard des armoires à glace du circuit. Il doit forcir, gagner en expérience. Il ne sera pas Top 30 dans deux mois et Top 10 dans six. En revanche, il passe un grand cap en entrant dans le Top 70, et il peut s’y maintenir. Il va entrer dans des tournois qui rapportent plus de points que les Challengers et qui ne sont pas forcément plus difficiles... à condition de ne pas être éliminé à chaque fois au premier tour, ce qui je pense ne devrait pas lui arriver.

C.C.