FRANCE

François Hollande investi président de la République française

C’est désormais officiel : François Hollande succède à Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française.

Le socialiste François Hollande a été investi président ce mardi matin après la passation de pouvoir avec le chef de l’Etat sortant Nicolas Sarkozy. Un moment fort qui scelle le retour de la gauche à l’Elysée après 17 ans d’absence.

Hollande a officiellement pris ses fonctions après la proclamation des résultats officiels, la signature du procès-verbal et la remise du collier de grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur, la plus haute décoration honorifique française. "A compter de ce jour, vous incarnez la France, vous symbolisez les valeurs la République et vous représentez l'ensemble des Français", a proclamé le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré.

A peine investi, le nouveau président a voulu adresser un "message de confiance" aux Français: "Le pays a besoin de réconciliation, de rassemblement, c'est le rôle du président de la République d'y contribuer, faire vivre ensemble tous les Français sans distinction (...) autour des mêmes valeurs, celles de la République, tel est mon impérieux devoir", a-t-il dit en promettant "simplicité et "dignité".

Sans ses enfants

Selon un rite protocolaire minutieux, Hollande était arrivé à 10H00 au palais de l'Elysée, accueilli dans la cour d'honneur par Nicolas Sarkozy. Après une poignée de mains, les deux hommes se sont isolés pour la passation de pouvoir au cours de laquelle le sortant a remis à l'élu les codes nucléaires. Puis sous les applaudissements du personnel, Nicolas Sarkozy a quitté l'Elysée avec son épouse Carla Bruni, faisant depuis sa voiture le geste de l'au-revoir avec la main.

François Hollande qui prône l'idée d'une "présidence normale" avait souhaité une cérémonie "sobre" pour marquer le début d'un quinquennat qui s'ouvre sous le sceau de la crise et du chômage et pour lequel il sait qu'il n'aura pas d'état de grâce. L'événement était organisé sans la présence de ses quatre enfants ni ceux de sa compagne la journaliste Valérie Trierweiler, en rupture avec l'image de famille recomposée qu'avait montrée Nicolas Sarkozy en 2007. Et il n'a convié qu'une trentaine d'invités personnels, selon son entourage, loin des centaines venues assister en 1981 à l'investiture du premier président de gauche François Mitterrand.

Berlin l'appelle

Suivant la tradition, cette accession au pouvoir devait être saluée par 21 coups de canon. Puis le nouveau chef de l'Etat devait remonter en Citroën décapotable l'avenue des Champs-Elysées jusqu'à l'Arc de Triomphe, où il devait raviver la flamme du tombeau du soldat inconnu.

Dans l'après-midi sera dévoilé le nom du Premier ministre, poste qu'il devrait attribuer à l'un de ses proches, Jean-Marc Ayrault, chef des députés socialistes.

Après une journée forte en rites et symboles, le nouveau chef de l'Etat français s'envolera ensuite vers Berlin pour une première prise de contact avec la chancelière allemande Angela Merkel sur fond de crise grecque et de profond désaccord sur le traité budgétaire européen.

Nos dernières videos