De Sarkozy à Hollande, dans la sobriété

De Sarkozy à Hollande, dans la sobriété

AFP

François Hollande deviendra officiellement président de la République ce matin à 10 heures. Pas d’état de grâce, mais un planning chargé : le nouveau président doit nommer son Premier ministre, puis se rendre cet après-midi à Berlin pour une visite délicate chez Angela Merkel.

Le soir même de sa victoire, François Hollande avait marqué sa différence, savourant en toute simplicité sa proximité avec les habitants de Tulle et sa complicité avec la foule rassemblée place de la Bastille. Aujourd’hui à 10 heures, il deviendra officiellement président de la République. Signe d’une présidence qu’il souhaite« populaire et ouverte », le socialiste a voulu une cérémonie de passation des pouvoirs qui corresponde à ce qu’il est. Simple et sobre. Elle sera « très simple »,« très codifiée », « sans dimension privée », dit-on dans son entourage. Face aux excès de Sarkozy, François Hollande fait figure d’antidote. Ni ses quatre enfants ni ceux de sa compagne ne seront présents. « C’est François Hollande qui est élu président de la République, ce n’est pas une famille, c’est pas les amis, c’est pas les copains. Mes enfants d’ailleurs ne souhaitent pas être présents. Ils considèrent que ce n’est pas leur place », a prévenu Ségolène Royal. Les invités personnels ont été triés sur le volet et ne seront qu’une soixantaine. Rien à voir avec les 500 hôtes de 2007 et l’entrée en scène théâtrale de la famille recomposée de Sarkozy qui avait fait sensation sur le tapis rouge de la cour d’honneur.

Après un entretien à huis clos au palais de l’Élysée où le président sortant doit informer le nouveau chef de l’État des procédures en matière d’arme nucléaire, François Hollande rendra un double hommage à Jules Ferry, ancien ministre de l’Éducation, dans un discours aux Tuileries, et à Marie Curie, lors d’une visite à l’Institut pour honorer cette femme de sciences, prix Nobel de physique et de chimie. Ferry et Curie, deux symboles des priorités de sa présidence : la jeunesse, l’éducation, la recherche, la République. Il se rendra ensuite à l’Hôtel de Ville de Paris pour « une adresse aux Parisiens » à qui il accordera son premier bain de foule de chef de l’État.

Un président « normal » pour une fonction qui ne l’est pas

Comme Chirac avant lui, François Hollande aime le contact direct avec les Français. Il adore serrer des mains, bavarder avec les passants, se balader en rue, sillonner les marchés. Il espère ainsi continuer à mener une vie simple et sans apparat. Être un président « normal » pour une fonction qui ne l’est pas. Le couple présidentiel voudrait notamment habiter l’appartement de location qu’il occupe depuis cinq ans. Un casse-tête pour les services de sécurité. « J’y ai mes habitudes : restaurant, boulanger, voisins… J’y suis chez moi », confiait récemment l’élu.

Pas le temps de souffler

Une fois intronisé, François Hollande n’aura pas le temps de souffler. Il s’envolera cet après-midi en direction de Berlin où il s’entretiendra avec la chancelière Angela Merkel de la crise grecque et de la zone euro à nouveau sous tension. Entre-temps, il aura dévoilé le nom de son Premier ministre. Le gouvernement au complet sera connu mercredi soir et un premier conseil des ministres pourrait avoir lieu dès le jeudi de l’Ascension.

Enfin, François Hollande fera son entrée dans la cour des grands de ce monde en fin de semaine. Il sera reçu par Barack Obama vendredi à la Maison Blanche. Le président français participera dans la foulée au sommet du G8 de Camp David, puis à celui de l’Otan à Chicago. Il le sait, ses premiers pas, ses premiers discours, ses moindres faits et gestes seront scrutés, décryptés et marqueront la suite de son quinquennat.¦

Nos dernières videos