En déco, le tapis est au poil !

Le tapis classique se montreà longs poils, tandis que celui « en plusieurs morceaux » donne l’effet d’un jeu de piste (en haut à droite).

Garikian

Le tapis ne fait plus de la figuration en déco.Il s’affirme en bousculant les codes : matières, couleurs, graphismes…

Il est loin le temps où le tapis se fondait dans le décor, comme un vulgaire accessoire déco. Il reprend aujourd’hui du poil de la bête, s’affirme et se déride pour devenir la pièce maîtresse d’un intérieur, voire dans certains cas, de véritables œuvres d’art.

La grande tendance du moment reste le tapis Shaggy, à poils plus ou moins longs. « Très cosy, moelleux et désormais accessible à toutes les bourses, il se décline dans tous les styles : couleurs unies ou motifs, différents reflets et dégradés chromatiques, explique Virginie Garikian, décoratrice bruxelloise. C’est la touche déco qui marche à tous les coups. »

Les fabricants de tapis n’hésitent pas non plus à colorer franchement la carpette dans des tons flashys, à l’affubler de motifs graphiques, de chamarrés, de dessins naïfs ou romantiques. Pour qu’elle se voie et qu’on l’admire. « On note beaucoup de formes géométriques et des effets stroboscopiques style années 60 », poursuit l’architecte d’intérieur. Le style « arty », inspiré de l’art urbain made in USA et des comics des années 30, est aussi très en vogue. C’est le cas de la nouvelle collection sortie chez Nathalie Didden avec le concours de Benjamin Spark, peintre et plasticien reconnu dans la mouvance Street Pop. Un véritable coup-de-poing dans l’œil…

Il ne faut pas pour autant bouder les carpettes unichromes. Elles sont à la mode à condition de leur donner de la consistance en jouant sur de beaux effets de matière (laine, lin, viscose, chanvre…) ou du relief. On préférera aussi quand le rendu de la moquette est irrégulier, voire qu’il contient quelques imperfections, ce qui apporte un petit plus trendy, artisanal.

En jeans, vinyle et cuir

Le tapis se renouvelle également par des matières inédites. La « Jeans Attitude » a pris d’assaut la déco. Alors pourquoi ne pas opter pour une carpette blue-jeans qui s’installera aussi bien dans le salon que dans la chambre d’ado ?

Le tapis en vinyle est un autre chouchou des décorateurs. Hyper design et lavable, il se pare de tous les motifs et de toutes les formes. N’oubliez pas non plus le retour en force du cuir, très prisé dans des tapis patchwork confectionnés à base de petits carrés, de rectangles ou de bandes de peau. On constate aussi un boom des fibres naturelles comme le coco, la jute, le sisal, la corde…

Les marques ont aussi mené un hold-up sur les formes de nos carpettes. « Elles innovent avec des ronds, des puzzles, des tapis très allongés à dérouler dans un hall d’entrée », note la décoratrice bruxelloise. On voit aussi essaimer des modèles asymétriques et même des tapis en plusieurs « morceaux » qu’on dissémine dans la pièce, comme un jeu de piste…

Et si vous voulez frapper fort, accrochez votre tapis au mur. Il s’agit dans ce cas de choisir un modèle visuellement fort. Les créateurs de tapis ont compris ce retour aux « tapisseries » et collaborent souvent avec des artistes de renom, sur des modèles en série limitée. La frontière entre œuvre d’art et objet déco devient bien ténue.¦