diables à l’étranger

Kevin Mirallas: «Si je pars, c’est pour jouer la C1»

Kevin Mirallas: «Si je pars, c’est pour jouer la C1»

Reporters

Kevin Mirallas dispute sa meilleure saison. Quasiment champion de Grèce, il pourrait rester à l’Olympiacos.À moins que…

Kevin Mirallas est champion de Grèce… presque officiellement. L’Olympiacos attend en effet une décision du comité sportif de la fédération grecque, demain, pour fêter son 39e titre. Le dernier derby athénien, au Panathinaikos, avait été arrêté à la 83e minute, en raison de bagarres entre les supporters du Pana et la police. Le rival de l’Olympiacos risque un score de forfait, mais surtout la perte de trois points supplémentaires, ce qui aura pour conséquence de porter l’avantage de Mirallas et ses équipiers à dix points, à trois matches de la fin du championnat.

« On a fait une petite fête, dimanche après le match (0-1 à Panetolikos), expliquait Kevin Mirallas, hier en fin d’après-midi. On n’a pas exagéré parce qu’on a un deuxième objectif, la Coupe de Grèce, dont on joue la demi-finale retour mercredi (à OFI Crète). On espère donc fêter le titre pour de bon ce dimanche(contre Kerkyra). »

À titre personnel, comment jugez-vous votre saison ?
J’en suis assez content. J’avais raté la préparation en raison d’un problème au genou, mais finalement je suis encore assez frais. J’ai surtout joué une saison pleine, en réussissant à être décisif quand je n’étais pas nécessairement bon.

Vous êtes meilleur buteur du championnat (19 buts). C’est un autre objectif ?
Ce serait un très beau trophée en tout cas. Ce qui est assez comique c’est que je marque plus alors que je ne joue plus en pointe, mais sur le côté gauche ou comme deuxième attaquant. J’avais fini la saison passée avec 14 buts marqués, mon objectif était d’en marquer au moins autant. Je me sens plus libre dans ma nouvelle position, je peux mieux jouer entre les lignes.

Comment envisagez-vous votre futur ?
J’ai un contrat jusque 2014, je me sens très bien ici. J’ai passé deux très belles saisons, dans un club qui a tout fait pour que je me sente bien. Je me vois bien encore jouer une saison, mais il y a parfois des propositions qui ne se refusent pas…

Vous en avez reçues ?
Il y a eu des contacts lors du dernier mercato hivernal en Angleterre, en Russie ou en Turquie, mais je ne voulais pas partir en cours de saison. Si je pars cet été, c’est pour un club qui joue la Ligue des champions ou éventuellement la Ligue Europa (NDLR : l’Olympiacos jouera la C1 la saison prochaine).

La situation économique en Grèce est difficile. L’avez-vous ressentie ?
On ne l’a pas ressenti du tout. On a de gros salaires (NDLR : certaines sources évoquent un salaire annuel de 1,5 millions €), des primes, mais c’est vrai que certains clubs ont plus de mal à boucler leur budget ou à payer leurs joueurs. À la limite, si je quitte l’Olympiacos, je devrai faire un effort financier et baisser mon salaire. Mais s’il y a de bonnes conditions sportives…

À défaut d’Euro pour prolonger la saison, la Belgique jouera deux matches amicaux contre le Montenegro (25 mai) et en Angleterre (2 juin). Vos performances avec l’Olympiacos vous donnent-elles plus de légitimité pour être titulaire ?
Chez les Diables, je cherche juste à faire mon trou. Que je joue à gauche, à droite ou devant, je m’en fous. Il y a beaucoup de joueurs offensifs et quand je vois un De Bruyne qui vient et qui ne joue pas, c’est la confirmation qu’il y a un gros niveau. Je n’ai pas plus d’arguments maintenant. Je suis performant avec mon club, et le sélectionneur le voit. Je ne demande pas plus de crédit qu’un autre.

Vous traînez une stat particulière : en 29 matches de Coupes d’Europe vous n’avez marqué qu’un but (*). Comment l’expliquez-vous ?
Je ne sais pas. Je me suis fait chambrer par les équipiers cette saison. Ils me répétaient qu’en championnat je pouvais tirer les yeux fermés ça rentrait. Et qu’en Coupe d’Europe, je perdais mes face-à-face ou je tapais la barre. Je n’ai pas marqué en Coupe d’Europe cette saison, mais j’ai donné cinq passes décisives. L’important est d’être dangereux, mais je veux faire mieux.¦

(*) 13 matches avec l’Olympiacos ; 8 matches avec St-Étienne (1 but contre Rosenborg) ; 7 matches avec Lille.