FAITS DVERS

Accident de car belge à Sierre en Suisse: 28 personnes décédées dont 22 enfants

Le car immatriculé en Belgique, qui circulait en direction de Sion, a percuté mardi soir une paroi du tunnel autoroutier entre la sortie est et ouest de Sierre.Belga

Dramatique retour de vacances pour des jeunes ados issus du Limbourg et du Brabant flamand: au moins 28 personnes ont trouvé la mort dans un accident de car belge à Sierre, en Suisse. 22 enfants font partie des victimes.

Il y a 28 morts dont 22 enfants et 24 blessés. Six adultes dont les deux chauffeurs sont également décédés. L'autocar transportait 52 personnes. Les 24 passagers blessés ont été transférés dans six hôpitaux de la région, 22 d'entre eux ont été identifiés. Dix enfants néerlandais figurent également parmi les passagers.

Il s'agit d'un bus scolaire transportant des élèves des écoles primaires "Sint-Lambertus" d'Heverlee et "'t Stekske" de Lommel revenant de classes de neige passées dans le Val d'Anniviers. Un enseignant et la monitrice de l'école d'Heverlee sont décédés, de même que les deux accompagnateurs de l'école de Lommel.

Identification en cours

Les personnes décédées sont en cours d'identification, notamment à Lausanne. Interrogé sur le temps pris pour identifier les personnes décédées lors de l'accident, le commandant de la police cantonale valaisanne, Christian Varone a déclaré que les mutilations rendaient les corps difficilement identifiables.

Elio Di Rupo a eu un mot pour les familles qui "sont toujours dans la douleur et l'incertitude".

Le point sur les blessés

Vingt-deux des vingt-quatre enfants qui ont survécu à l'accident ont été identifiés. Dix-sept sont de nationalité belge, trois de nationalité néerlandaise, un de nationalité allemande et un de nationalité polonaise. 

Les vingt-quatre blessés ont été répartis dans six hôpitaux de la région (Sion, Sierre, Lausanne, Martigny, Berne et Viège), a spécifié la ministre de la Santé Laurette Onkelinx, à l'issue d'un comité ministériel restreint.

"Beaucoup sont encore dans un état grave, dont trois dans le coma, présentant des lésions cérébrales et thoraciques", a ajouté la ministre.

Raison inconnue

Le car immatriculé en Belgique, qui circulait en direction de Sion, a percuté mardi soir une paroi du tunnel autoroutier entre la sortie est et ouest de Sierre. L'autobus a dévié de sa trajectoire pour une raison qui demeure inconnue. Il a heurté la chaussée sur la droite avant de s'encastrer dans la paroi du tunnel, située à l'extrémité d'une place de secours.

Cet autocar transportait 52 personnes, dont deux classes d'écoles primaires. 24 personnes dont 2 enseignants provenaient d'une école de Lommel (Limbourg) et 26 d'un établissement scolaire d'Heverlee (Brabant flamand). Les deux autres personnes à bord étaient les chauffeurs. Les enfants revenaient de vacances de neige dans le Val d'Anniviers, région prisée des Belges, et s'apprêtaient à rentrer en Belgique. Les familles des victimes vont arriver dans la journée, accompagnées par des psychologues. Dès l'aube, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a précisé qu'un avion se tenait prêt à emmener les parents en Suisse. Il a finalement décollé vers 14h. Le Premier ministre Elio Di Rupo sera du voyage, de même que le ministre-président flamand Kris Peeters.

Véhicule de dernière génération

Le procureur Olivier Elsig a assuré qu'il ferait "tout pour savoir ce qui s'est passé". Il veut éviter d'ajouter des zones d'ombres au drame. Le véhicule est de dernière génération, neuf ou presque, a précisé le procureur. Il est équipé de ceintures de sécurité.

Dans le tunnel, où la vitesse est limitée à 100 km/h, il a heurté la bordure droite de la chaussée avant de percuter frontalement le mur de béton situé à l'extrémité d'une place de secours à droite de la route. Selon un rapport de 2005, le tunnel de Sierre est considéré comme sûr.

Le véhicule ne roulait pas trop vite

L'autocar ne roulait pas trop vite selon les premières constatations, a annoncé mercredi le procureur suisse Olivier Elsig. La justice helvétique poursuit trois pistes dans son enquête sur les origines de l'accident, un problème technique, un problème de santé du chauffeur ou une défaillance humaine, a précisé M. Elsig lors d'une conférence de presse à Sion.

+ Une infographie pour comprendre
 

Helpline

L'alarme a été donnée peu après 21h15. Plus de 200 intervenants ont été engagés, dont 15 médecins, 30 policiers, 60 pompiers, 100 sanitaires et 3 psychologues. L'intervention qui a duré plus de huit heures a nécessité l'engagement de 12 ambulances et de 8 hélicoptères.

Les 24 rescapés sont tous des enfants. Blessés, ils ont été acheminés vers les hôpitaux valaisans de Sierre, Sion, Martigny et Viège. Un a été transféré à Berne, deux autres au CHUV de Lausanne. D'autres transferts ne sont pas exclus.

Société à "l'excellente réputation"

La priorité est désormais donnée à l'accueil des familles des victimes. La police a activé sa help-line téléphonique pour établir le contact avec les familles: 0041 848 112 117. A partir de 9h, un numéro d'urgence belge a été lancé: 02/501.40.00.

Vers 8h30, on apprenait que le bus accidenté appartenait à la société Toptours d'Aerschot. "C'est une entreprise qui a une excellente réputation dans le secteur routier. Les chauffeurs étaient arrivés la veille et ont passé la journée sur place avant de prendre la route. Il semble donc bien que la législation sur les temps de conduite ait été respectée", a dit le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet qui a aussi précisé que le bus était en ordre de contrôle technique.

Pas que des Belges

Toutes les victimes ne sont pas belges. Les Affaires étrangères néerlandaises ont ainsi confirmé en début d'après-midi que 10 enfants néerlandais étaient dans dans le car. 9 étaient scolarisés dans l'école "'t Stekske" à Lommel et 1 à Sint Lambertus à Heverlee. L'identité des victimes décédées n'est néanmoins pas encore connue. L'identification des corps devrait être rapide.

Les hommages se multiplient déjà. Des registres de condoléances ont notamment été ouverts à Namur et à Huy. Et des minutes de silence observées dans les différents parlement belges mais aussi en Suisse. Depuis le Vietnam où ils sont en mission princière, Philippe et Mathilde se sont également dits "bouleversés".

Deuil national

Louis Tobback, bourgmestre de Louvain, a indiqué que l'école de Lommel serait la plus touchée car ses élèves étaient assis à l'avant du car. Il a également déploré une communication déficiente dans le chef des Affaires étrangères belges, affirmant que "les informations ont été données par les enfants eux-mêmes".

Un prochain point presse est prévu en Suisse à 16h30. Elio Di Rupo y participera. Avant cela, il a pris part à un comité ministériel restreint au terme duquel il a été décidé de décréter une journée de deuil national dont les modalités seront précisées plus tard.

Peu avant 15h, la ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, précisait quant à elle que beaucoup des 24 blessés sont encore dans un état grave et trois dans le coma.

Les familles arrivent en Suisse

Un Airbus transportant des membres des familles des victimes est arrivé peu après 15h00, à l'aéroport de Genève.

Elles étaient accompagnées de psychologues et d'une équipe belge spécialisée dans l'identification des victimes.

Une dizaine de parents sont arrivés dans la soirée à l'hôpital de Sion. Le visage grave et les traits tirés, ils se sont refusés à toute déclaration aux journalistes présents.

Di Rupo sur place

Le Premier ministre belge Elio Di Rupo est arrivé en Suisse, vers 17h, accompagné par deux autres membres du gouvernement fédéral et du ministre-président flamand Kris Peeters, pour une réunion de crise avec les autorités suisses.

Lors d'une conférence de presse, à Sion, tout près du lieu du drame, Elio Di Rupo a déclaré: "Il n'y a "pas de mots pour exprimer la souffrance éprouvée par les parents ou la famille, quand on a perdu "un enfant". Il a ajouté que cette "douleur est à l'intérieur" de chaque parent et de "chaque enfant hospitalisé".

Les autorités belges et suisses se recueillent

La présidente suisse Eveline Widmer-Schlumpf et la délégation gouvernementale belge conduite par le Premier ministre Elio Di Rupo ont déposé mercredi soir, dans la plus stricte intimité et avec beaucoup d'émotion, des gerbes à l'endroit de l'accident d'autocar qui a coûté la vie mardi soir à 28 personnes, dont 22 enfants.

A l'abri des regards de la presse, à l'exception d'un journaliste de l'agence Belga, ils se sont recueillis face au mur vert du tunnel autoroutier, près de Sierre (Valais), où le car a terminé sa course.

Un policier suisse a fourni quelques brèves explications à la présidente suisse ainsi qu'à la délégation belge composée d'Elio Di Rupo, Pieter De Crem, Steven Vanackere et Kris Peeters.

Le kern étudiera le retour des blessés au pays

Le conseil ministériel restreint, programmé jeudi, examinera l'ensemble des propositions formulées conjointement par le SPF Santé publique et Mutas, la coupole intermutualiste, réunis mercredi soir pour analyser les possibilités de rapatriement pour les blessés

Récit d'Euronews sur le coup de 7h30:

Accident de car en Suisse: 28 morts dont 22... par euronews-fr

 

 
+ Le fil de la journée


+ Signer le carnet de condoléances