logement

PEB : les tarifs sont-ils justifiés ?

PEB : les tarifs sont-ils justifiés ?

Les tarifs des certifications PEB restent élevés. Comptez 416 € en moyenne pour un logement unifamilial.

herreneck - Fotolia

Les certificats PEB restent chers. Et pas toujours convaincants. L’informatisation pourrait au moins diminuer la facture.

Pauline vient d’acheter une maison unifamiliale dans l’ouest du Brabant wallon. Conformément à la législation wallonne, l’ancien propriétaire lui a bien transmis le certificat PEB (performance énergétique du bâtiment), rédigé par un certificateur agréé. «De la rigolade», grince Pauline. « Il n’y a rien dans le document. En tout cas, rien que je n’aurais pas pu pondre moi-même», soutient-elle.

Pour l’enveloppe du bâtiment, le certificateur rend la note « très mauvais ». « Ben oui, c’est une maison deux façades de 1936 avec les murs d’origine, sans isolation supplémentaire. Il suffit d’avoir des yeux pour faire le même constat ». Par contre, pour la qualité du système de production d’eau chaude sanitaire, la maison décroche un « très bien » : « Or le chauffe-eau, qu’il n’a pas vérifié, ne fonctionnait plus, n’était plus réglementaire et il n’y avait aucune aération dans la salle de bain. » Il qualifie le système de chauffage de « moyen » alors que la déperdition est énorme : «C’est une installation en parapluie : une vieille chaudière dans la cave et une distribution via le grenier. »

Pauline appelle le certificateur pour éclaircir certaines incohérences. On lui répond que le boulot n’est pas de vérifier si les installations fonctionnent, ni de donner des réponses sur-mesure. « Nous, on donne des recommandations générales. »

L’expertise a néanmoins coûté 485 € à l’ancien propriétaire. Pauline se dit que c’est bien payé pour pas grand-chose au final.

Réguler non, informatiser oui

Après sondage, Test-Achats faisait la même remarque il y a quelques jours. Selon le magazine, le certificat coûte en moyenne 500 € en Wallonie, 400 € à Bruxelles et 250 € en Flandre. Le député wallon Daniel Senesael (PS) pose la question à Jean-Marc Nollet. « Ne pensez-vous pas qu’il serait utile de réguler les prix en Wallonie ? »

Le ministre de l’Énergie assure que ses services veillent au grain et que les prix sont en train de diminuer, même si les effets de la concurrence ne se sont pas encore fait sentir. Selon lui, le sondage de Test-Achats est un peu léger. « Depuis le lancement en Wallonie, 1 405 certificateurs agréés ont établi 78 862 certificats, pour un prix moyen de 416 € pour un logement unifamilial, de 236 € pour un apparemment et de 455 € pour un logement collectif».

C’est plus cher en Wallonie parce qu’on impose des exigences de qualité au moment d’agréer les certificateurs («pas dans les autres régions ») et parce que la méthode de calcul est plus étoffée.

Ceci dit, la tarification relevant du fédéral, la Région ne peut pas intervenir. Par contre, les services de Jean-Marc Nollet travaillent à la mise en place d’un dossier électronique et à la fusion de logiciels d’audits et de certification. « Ça va faire baisser les coûts à terme », estime le ministre. Reste la question de la pertinence de certaines expertises…¦