La culture wa llonne, ciment de son identité

© JL DERU / photo-daylight.com

Les Wallons ont leur nouvelle bible, l’ « Histoire culturelle de la Wallonie ». Une affirmation décomplexée d’une identité en formation.

La culture pour faire simple, c’est ce qui caractérise une société. Arts, lettres, modes de vie, traditions, droits fondamentaux des êtres humains, traditions, croyances… Mais qu’est-ce qui nous caractérise nous Wallons ? Quelle est « notre » culture ? Depuis hier, grâce à Histoire culturelle de la Wallonie, on y voit un peu plus clair. « Alors qu’on fêtait les 180 ans de la Belgique, explique Bruno Demoulin, professeur d’Histoire à l’Université de Liège, je me suis rendu compte qu’il n’existait pas d’ouvrage spécifiquement consacré à l’histoire culturelle de la Wallonie. »

Soutenu par un éditeur important, le Fonds Mercator, une trentaine de scientifiques – dont beaucoup de Liégeois, il faut le reconnaître – vont alors relever ce défi : cerner ce qui fait le passé et le présent culturel de cette région qu’on nomme Wallonie. Première difficulté, quelle Wallonie ? « Nous avons pris comme point de départ, continue Bruno Demoulin, les frontières linguistiques de 1970. Elles intègrent la Communauté germanophone mais pas la future Région bruxelloise. Bien sûr, ces frontières ont évolué dans le temps et on a tenu compte de ces éléments. »

Chronologiquement puis thématiquement, on découvre cette culture wallonne, ses courants forts, ses richesses. L’« autre », les rapports et les images croisées de France, d’Allemagne, de Flandre sont également évoqués.

« Nous avons veillé à équilibrer les différentes parties tout en tenant compte que la Wallonie est une réalité récente que ce soit géographiquement ou institutionnellement. Mais nous n’avons pas voulu avoir une démarche historique à la Pirenne(NDLR : dont l’Histoire de Belgique vise à démontrer que le pays existait bien avant son indépendance…).La Wallonie a été pétrie par des histoires croisées et des pays distincts politiquement regroupés à la fin du XVIIIe siècle. »

Première constatation, « la particularité de la Wallonie c’est que c’est une terre de croisement dont la culture est totalement ouverte. Elle intègre des apports extérieurs depuis des millénaires. Parallèlement, l’identité wallonne qui est en train de se forger s’appuie sur ce ciment culturel. Sans arrogance avec beaucoup de sérénité. Et c’est cette ouverture sur le monde des créateurs wallons ainsi que leur sens de la dérision, de l’autodérision et de la distance qui expliquent la nature tolérante de l’identité wallonne. »¦

Histoire culturelle de la Wallonie, Fonds Mercator, 400 p., 49,95 € disponible en français, néerlandais et anglais.L’ouvrage est également et intégralement disponible sur le site internet http://planmarshall2vert.wallonie.be/