informatique

Logiciel malveillant : attention, prévient la police

Logiciel malveillant : attention, prévient la police

« Bien que l’écran laisse croire que l’ordinateur est bloqué par eCops pour des infractions à la législation belge, ce n’est pas le cas  », explique la police fédérale.

La mise en garde provient de la police fédérale : un nouveau logiciel malveillant bloque les ordinateurs. Il semble provenir d’eCops, Surtout, ne payez pas !

La mise en garde est officielle. Elle émane de la « Computer crime unit  », la cellule spéciale de la police fédérale : de plus en plus de personnes sont victimes d’un logiciel malveillant.

Ce logiciel bloque les ordinateurs, qui affichent le message suivant : « Votre ordinateur a été bloqué pour violation de la loi Belgique  ».

Violation de la loi ? C’est là, justement, le problème.

« Bien que l’écran laisse croire que l’ordinateur est bloqué par eCops pour des infractions à la législation belge, ce n’est pas le cas, explique la police fédérale. Derrière, se trouvent des cybercriminels qui veulent vous amener à leur verser de l’argent.  »

Via les jeux, les mails, les réseaux

Bref, les personnes qui voient un tel écran apparaître sur leur PC sont victimes d’une infection. Comment ce virus informatiquese propage-t-il ?

« Il est notamment diffusé via des sites de jeux en ligne. Les personnes téléchargent à leur insu le logiciel malveillant et lors du redémarrage de leur ordinateur, ces écrans apparaissent.  »

Mais la police pointe également d’autres voies de propagation : via l’annexe d’un e-mail ; des copies illégales de softwares dans les réseaux de peer-to-peer ; des messages dans les réseaux sociaux comme Facebook qui vous redirigent vers des sites webs afin de regarder des vidéos.

« Ces sites signalent qu’un plugin vidéo doit être installé pour voir la vidéo en question et un popup d’installation apparaît  », observe la police.

L’ordinateur complètement bloqué

Conséquence du virus : l’ordinateur est bloqué et seul l’écran pour effectuer le paiement est donc encore accessible.

« Pour le moment, nous n’avons pas de vue sur d’autres effets provoqués par le logiciel malicieux, note-t-on encore du côté de la police fédérale. La première analyse du PC d’une victime est en cours de réalisation.  »

Backup préventif souhaité

Quoi qu’il en soit, la victime n’a plus du tout d’accès à ses données.

« Si à ce moment, l’utilisateur n’avait pas de backup de ses données, alors cela se complique fortement pour lui, relate encore la police. L’expérience de cas similaires à l’étranger nous apprend que les victimes qui ont payé n’ont souvent pas reçu de code pour débloquer ou décrypter leur système.  »

Que faire si vous n’êtes pas encore victime ? Selon la police, installez un antivirus, et l’updater vers la dernière version, avant d’effectuez un scan antivirus de votre ordinateur entier.

« Faites également un backup de vos données sur un support externe et conservez-le en dehors de votre système actuel.  »

Ne pas payer et porter plainte

Si malheureusement, votre ordinateur est déjà atteint, prenez une photo de votre écran et conservez-la pour la rajouter à votre dossier ; notez les dernières actions entreprises sur votre système ainsi que les heures correspondantes. Et surtout, ne payez pas...

« En tant que victime de ce logiciel malveillant, vous pouvez aussi déposer plainte à la police locale et demander à en informer la FCCU (Federal Computer Crime Unit).  »

Si vous avez déjà payé ? Allez déposer plainte avec toutes les informations concernant le destinataire du paiement et la réaction des cybercriminels.¦