Les Éditions Luc Pire sans Luc Pire

Luc Pire

Reporters

Après 37 ans d’activités dans le monde de l’édition, Luc Pire rend les armes. Son envie : profiter enfin de la vie.

À 55 ans, Luc Pire a décidé de quitter le monde de l’édition dans lequel il évolue depuis ses 18 ans, apprend-on dans une interview consacrée à La Meuse. L’éditeur belge a décidé d’ouvrir une nouvelle page de sa vie où le travail n’occupera plus la plus grande part de son temps. Il souhaite enfin profiter de la vie.

L’exemple de Steve Jobs

Passer sa vie entière avec comme priorité le travail, beaucoup d’hommes et de femmes en ont fait le choix. Mais quand cette vie s’arrête de manière précoce, cela apporte matière à réfléchir et à se remettre en question. « Steve Jobs est mort à 56 ans, sans jamais avoir pu profiter de la vie. Moi j’ai 55 ans, et cela fait 37 ans que je vis en surrégime », explique-t-il dans La Meuse.

Un déclencheur qui lui permet de revoir ses priorités. S’il ne sait pas encore de quoi son avenir sera fait, il sait en tout cas qu’il est temps pour lui de faire un break, de s’accorder du temps.

Une carrière bien chargée

Après avoir travaillé comme journaliste et été directeur d’Info-Jeunes, Luc Pire crée sa propre maison d’édition en 1994. Cinq livres plus tard, la réputation de la maison est faite. En quelques années, il intègre les éditions de La Renaissance du Livre (art, voyage, …), Le Grand Miroir, (littérature) et une partie du fonds des Éditions Labor.

Après un conflit qui l’oppose à RTL et qui l’empêche de posséder le nom de sa propre marque jusque fin 2010, il relance les Éditions Luc Pire en 2012.

Housiaux à sa succession

Mais cette reprise n’aura été que de courte durée puisqu’un an plus tard, Luc Pire annonce son départ vers d’autres horizons. Comme il l’annonce sur sa page Facebook, c’est Laurence Housiaux, déjà directrice, qui deviendra dès maintenant la principale actionnaire de la société.


Nos dernières videos