SOCIETE

Pensions: « La réaction massive de journalistes a permis d’obtenir un amendement »

La réaction massive de centaines de journalistes en colère a permis d’obtenir un amendement au projet de loi du ministre des Pensions Vincent Van Quickenborne (Open Vld) qui prévoyait la suppression pure et simple de la pension complémentaire des journalistes, a indiqué mardi l’Association Générale des Journalistes Professionnels de Belgique (AGJPB).

Le gouvernement élaborera des mesures transitoires pour lesquelles le ministre des pensions se concertera avec le secteur.

La Commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé, lundi, la suppression du régime spécial des pensions des journalistes professionnels.

Cette suppression sera à l’agenda de la séance plénière de la Chambre jeudi et avant Noël au Sénat.

L’AGJPB a dénoncé « ce passage en force du ministre Van Quickenborne, sans connaissance élémentaire du dossier et sans concertation avec le secteur ».

« La pension complémentaire des journalistes professionnels salariés est en effet financée par des cotisations sociales supplémentaires du secteur (2 pc du salaire brut à charge de l’employeur, 1 pc à charge du journaliste). Le ministre des pensions veut prouver, à l’aide de données chiffrées vagues et anciennes, que le système de pensions des journalistes serait déficitaire. Il admet qu’il ne dispose d’aucune donnée chiffrée récente » a affirmé l’AGJPB qui maintient que selon ses calculs, « le système s’autofinance »;

Le gouvernement élaborera des mesures transitoires pour lesquelles le ministre des pensions se concertera avec le secteur, a rapporté l’association professionnelle, annonçant qu’elle y prendra part de manière constructive. Le système supprimé dans sa forme actuelle, sera remplacé par un système alternatif.

L’AGJPB a enfin pris acte de la déclaration du cabinet des Pensions selon laquelle « tout le monde continuera à cotiser dans ce système, en ce compris les employeurs.

Communiqué de presse de l’Association Générale des Journalistes professionnels de Belgique – AGJPB

L’AGJPB acte que le Gouvernement Di Rupo , à l’intervention du Ministre des pensions Van Quickenborne, a bel et bien supprimé le régime des pensions spécial des journalistes professionnels. La Commission des Affaires sociales de la Chambre a approuvé hier (lundi) cette suppression, qui sera à l’agenda de la séance plénière de la Chambre jeudi et avant Noël au Sénat.

L’AGJPB dénonce ce passage en force du Ministre Van Quickenborne, sans connaissance élémentaire du dossier et sans aucune concertation avec le secteur.

La pension complémentaire des journalistes professionnels salariés est en effet financée par des cotisations sociales supplémentaires du secteur (2 % du salaire brut à charge de l’employeur, 1 % à charge du journaliste). Le Ministre des pensions tente de prouver, à l’aide de données chiffrées vagues et très anciennes, que le système de pensions des journalistes serait déficitaire. Il admet cependant qu’il ne dispose d’aucune donnée chiffrée récente. L’AGJPB maintient que selon ses calculs, le système s’autofinance.

L’AGJPB persiste donc à demander au Gouvernement, à la Chambre et au Sénat, de retirer du projet de loi la suppression du régime pension des journalistes. D’abord parce que cette mesure va priver 3500 journalistes d’un avantage social qu’ils financent (avec leurs employeurs) et qui compense les salaires souvent modestes du secteur.

Ensuite, parce que le texte de la loi est d’une légistique très défaillante et comporte par exemple des dates d’entrée en vigueur contradictoires. Le texte tel qu’il est rédigé va en outre entraîner non pas une économie mais une dépense supplémentaire à charge de l’Etat fédéral pour le paiement des suppléments de pension acquis. Enfin, il est à ce point kafkaïen que des recours devant la Cour d’arbitrage ou les juridictions du travail seront inévitables. Et tout ceci alors que le Ministre des pensions espère travailler rapidement et simplifier le système…

La réaction massive de centaines de journalistes en colère a permis d’obtenir un amendement : le gouvernement élaborera in extremis des « mesures transitoires » pour lesquelles le Ministre des pensions se concertera avec le secteur. Selon le cabinet des pensions, le système de pension des journalistes, supprimé dans sa forme actuelle, sera remplacé par un système alternatif (« non-déficitaire (sic)»). L’AGJPB participera bien entendu de manière constructive à cette concertation. L’AGJPB acte également la déclaration du cabinet des pensions selon laquelle tout le monde continuera à cotiser dans ce système, en ce compris les employeurs.

Nos dernières videos