magazine

Jean-Denis Lejeune dans l'émission de Pauwels: « Avec mon fils, j’en ai pris plein la figure »

Jean-Denis Lejeune dans l'émission de Pauwels:  « Avec mon fils, j’en ai pris plein la figure »

Stéphane Pauwels et Jean-Denis Lejeune en Inde pour un projet autour de leur association.

RTL TVI

Jean-Denis Lejeune a accepté l’invitation de son ami Stéphane Pauwels. Il parle de ses douleurs et de ses projets.

Cette participation au magazineLes orages de la vie, Jean-Denis Lejeune l’a plutôt prise comme une discussion entre copains : « Steph (Stéphane Pauwels, qui anime l’émission, NDLR), je le connais parce qu’à force de se croiser au foot, on a appris à s’apprécier. C’est quelqu’un qui a un grand cœur, il est très humain, c’est un de ses côtés qu’on ne connaît pas assez. C’est pour ça que j’ai accepté de participer à son émission : parce que c’est quelqu’un en qui j’ai confiance. »

Pourtant, ça n’a pas été si facile à vivre pour le papa de la petite Julie : « C’était d’abord reparler une énième fois de l’affaire Dutroux, se remettre en situation, c’est douloureux. Puis j’ai eu un deuxième coup dur : c’est la première fois que mon fils Maxime s’exprimait. Stéphane lui a demandé et il l’a fait parce qu’il l’apprécie. Et je ne vous cache pas que j’ai appris des choses. J’en ai pris plein la figure. Ce sont des choses qui sont enfouies en lui. Ça reste un sujet tabou. J’ai le sentiment que s’il n’en parle pas, c’est surtout parce qu’il veut me protéger.»

L’accès à l’eau

Mais aussi, s’il a accepté de se confier, c’est pour parler de ses projets : il a fondé une association, objectif Ô qui s’occupe de donner accès à l’eau potable dans des pays du Sud. Stéphane Pauwels en est le parrain. Et c’est sous cette casquette que Jean-Denis Lejeune a voulu emmener son ami sur place, en Inde pour voir l’avancement d’un projet : « Et une équipe est venue nous retrouver pour tourner la fin de l’émission ». Un fondateur très fier de ses réalisations : « On a donné un accès durable à l’eau potable à plus de 200 000 personnes. » Un domaine dans lequel il s’épanouit complètement : « Une fois qu’on met le doigt dans l’humanitaire, on a toujours envie d’en faire plus. Mais ce sont les moyens qui manquent », déplore-t-il.¦

RTL TVI, 19.45

Nos dernières videos