Olivia Ruiz cherche sonpère charmant au cinéma

Olivia Ruiz cherche sonpère charmant au cinéma

La chanteuse Olivia Ruiz fait ses débuts au cinéma dans une sympathique comédie où elle est entourée de Berléand et Jugnot.

Alors que le succès lui sourit dans sa carrière de chanteuse, Olivia Ruiz fait ses premiers pas au cinéma. Aux côtés d’acteurs confirmés comme François Berléand et Gérard Jugnot, elle s’offre même un premier rôle dans « Un jour mon père viendra » (voir ci-dessous). Une comédie qui ne restera certes pas dans les annales, mais qui offre à la pétillante Olivia un rôle contre nature pour lequel elle révèle un vrai talent de composition.

Ce n’est pas la première fois que vous êtes sollicitée par le cinéma. Pourquoi avoir accepté cette fois ?

D’abord pour le casting ! Gérard Jugnot et François Berléand, ce sont quand même des monstres sacrés du cinéma français. Quand c’est deux-là s’engagent sur un film, c’est quand même un gage de qualité. Et puis quelle meilleure façon d’apprendre mon métier qu’avec ces deux acteurs. Ensuite, j’ai lu le scénario et l’histoire m’a fait rire, ça m’a ému aussi à certains moments.

Se frotter à deux acteurs confirmés, c’est rassurant ou ça ajoute une pression supplémentaire ?

Moi je l’ai pris comme un avantage. Mais parce que je savais qu’il s’agit de deux personnes très chouettes humainement. Et puis quand j’ai vu les exigences du metteur en scène, le très long casting qu’il a fait, et qu’il m’a quand même choisie, je me suis dit qu’il avait confiance pour deux.

Vous qui aimez avoir prise sur vos univers artistiques, cela n’a pas été trop dur d’être dirigée par un réalisateur qui avait une idée très précise de votre personnage ?

Je m’étais vraiment conditionnée ! Parce que là, je savais que ce ne serait pas vraiment possible de me la jouer patronne de sa petite entreprise. Donc je m’étais vraiment préparée à ça. D’ailleurs, quand j’ai donné mon oui ferme au projet, c’est lorsque j’ai été complètement prête à m’abandonner. Parce que j’avais confiance en Martin Valente (NDLR : le réalisateur).

Et après-coup, ce fut une bonne expérience ?

Oui, ça ne m’a pas du tout frustrée. Au départ, je me suis dit que ça allait être très douloureux pour moi de ne pas pouvoir m’exprimer sur les choses ou de corriger une scène. Et bien non, c’était assez agréable de se reposer sur une équipe. Au contraire de ce que je vis pour mes disques ou la scène, où sans mes épaules tout s’effondre, là c’était plus détendu. Enfin, pas totalement car j’étais hyperconcentrée.

Cela a été un gros travail ou jouer est venu naturellement ?

Je terminais une tournée et j’étais très fatiguée. J’ai donc abordé ça de manière très scolaire : j’ai bossé mon texte, j’étais très studieuse sur le tournage. Même si avec les deux “papa” qui faisaient tout le temps les cons ce n’était pas facile. Mais cela m’a fait aussi beaucoup de bien. Au final j’ai vraiment apprécié d’être à cette place-là. C’est à réitérer.

Musique, voix pour dessins animés, danse, lecture de textes sur scène et maintenant cinéma. Vous êtes une artiste touche à tout. Un autre domaine vous attire ?

j’adorerais faire de la mise en scène. Pour une pièce de théâtre ou le concert d’un autre artiste.

c’est un truc qu’il faudra que je fasse un jour, parce que j’en ai une envie profonde. Maintenant, il faut que je trouve la personne qui va me faire confiance ou que j’écrive une œuvre que je pourrai mettre en scène.¦

Nos dernières videos