Florennes : un jardin pour cultiver la solidarité

Florennes : un jardin pour cultiver la solidarité

Le jardin communautaire devrait être implanté derrière l’académie de musique.

ÉdA – 10607558676

En 2012, le Plan de cohésion sociale va créer un jardin communautaire au centre-ville. De quoi resserrer les liens entre citoyens participants.

Faire connaissance en jardinant, sortir de son isolement, aller à la rencontre des autres générations, s’échanger des savoirs : le concept de jardin communautaire permettra d’atteindre ces objectifs. À l’origine de ce projet original : le Plan de Cohésion Sociale de Florennes.

« Cette idée a germé au sein du groupe de travail sur l’économie sociale, confie Quentin Lorent, le responsable du PCS. Nous cherchions un outil qui permettrait aux gens de se rencontrer. Le concept est simple : les personnes s’occuperont ensemble du jardin et de sa gestion. Sera-t-il fermé ou ouvert ? Avec quel horaire ? Où se trouveront les clefs ? Que va-t-on y planter ? Un règlement d’ordre intérieur collectif répondra à ces questions. »

Le collège communal a déjà donné son accord de principe pour mettre un terrain communal de 2 ares à disposition du PCS. Ce terrain se situe derrière l’académie de musique, à deux pas du centre-ville. Il faudra néanmoins obtenir l’accord des différents propriétaires privés pour l’accès à la servitude.

Divers partenaires

« Si nous n’obtenons pas cet accord, nous trouverons de toute façon un autre site, insiste toutefois Quentin Lorent. Nous avons la ferme volonté de voir aboutir ce projet avec les partenaires qui y adhèrent : le GAL de l’Entre-Sambre-et-Meuse, l’ALE-Titres service, l’AMO jeunes 2000, le PCDN, le centre pour demandeurs d’asile Fédasil, la maison des jeunes de Florennes, le club horticole Les Magnolias… »

Dès que l’accessibilité au terrain sera assurée, le projet entrera dans une phase concrète. Dans un premier temps, il faudra préparer les lieux (élaguer, débroussailler, labourer), avant de se consacrer aux plantations. Il faudra également prévoir un petit local pour entreposer l’outillage.

« Le PCS n’est là que pour lancer le jardin communautaire, reprend Quentin Lorent. Il reviendra ensuite aux citoyens de prendre le relais. Il est important que les gens s’approprient et s’investissent dans cet espace. »

Dans les semaines à venir, le Plan de Cohésion Sociale organisera des réunions d’information pour sensibiliser les Florennois à l’esprit de ce jardin communautaire. Un jardin qui ne produira pas que des légumes mais aussi d’autres bienfaits : l’entraide, la solidarité, le respect de l’autre, l’échange… ¦


Nos dernières videos