L’édito par Philippe Martin

Déflagration sociale

Déflagration sociale

EdA - Jacques Duchateau

Le ministre Van Quickenborne aime bien les coups d’éclat et les situations explosives. Il risque donc d’en avoir pour son argent.

Qu’il faille réformer le système des pensions en Belgique, pour tenir compte du vieillissement de la population et des équilibres budgétaires, c’est une évidence. Mais en voulant imposer des réformes à la hussarde, le ministre Open-Vld a fait le choix de la précipitation sans discernement, de l’action sans concertation, au risque d’engendrer le blocage, de faire descendre les travailleurs dans la rue et de compromettre la réforme elle-même.

Que cherche ainsi Vincent Van Quickenborne ? Faire la démonstration qu’il est prompt sur la balle ? Satisfaire l’électorat libéral flamand et tout spécialement les patrons du Voka ? Déplacer le centre de gravité à droite, de manière très idéologique, au sein d’une coalition gauche/droite encore balbutiante ? Tout cela va de soi. Mais sans doute nourrit-il, en plus, quelques arrière-pensées tactiques : fragiliser un Premier ministre francophone et socialiste devant son électorat naturel…

Outre ces considérations très politiciennes, des mesures telles que la suppression de certains régimes préférentiels de retraite sont non seulement inopérantes, dans les faits, elles sont aussi carrément contre-productives en ce qui concerne la volonté de favoriser les pensions complémentaires…

Soit, il n’y a pas qu’une seule façon d’agir, d’associer les besoins à l’urgence et l’urgence à l’efficacité. Mais visiblement, la méthode Van Quickenborne vise surtout l’impact maximal en termes de communication et d’image même si c’est au détriment de l’effet réel des décisions adoptées.

Le ministre néolibéral flamand joue avec le feu et avec le risque d’une agitation sociale aussi fulgurante qu’incontrôlée. Son seul atout, pour l’instant, réside surtout dans la passivité des autres membres de la majorité. Mais qu’adviendra-t-il demain, lorsque la marmite sociale explosera ? Est-ce vraiment l’image de la Belgique qu’il convient d’envoyer, pour le moment, aux places financières et aux agences de notation ?

Nos dernières videos