La pré-retraite pas avant 62 ans ? Van Quickenborne y songe

La pré-retraite pas avant 62 ans ? Van Quickenborne y songe

Belga

Le nouveau ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), songe à repousser l’âge de la pré-retraite à 62 ans. Actuellement, c’est soixante ans.

Le ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne, a annoncé sa volonté de faire approuver cette année encore par le parlement un certain nombre de réformes dans ce domaine

Il a expliqué, dans des interviews publiées par les journaux l’Echo’, ‘De Tijd’ et ‘Het Laatste Nieuws’, que son but était d’harmoniser le système des pensions, de manière à parvenir à « un seul grand système ».

« Il faut désormais oeuvrer à un rapprochement entre le système du secteur public et celui du secteur privé », a justifié Van Quickenborne (Open Vld) - le premier ministre libéral à hériter de ce portefeuille depuis plus de trente ans.

Soixante articles de loi qui préparent la réforme prévue dans la déclaration gouvernementale ont déjà été discutés jeudi en commission de la Chambre. Ils prévoient notamment une augmentation du départ de l’âge à la pré-retraite de 60 à 62 ans, la suppression d’un certain nombre de régimes préférentiels - comme les pilotes, stewards, marins et mineurs qui bénéficiront désormais d’une pension complète après 45 ans de carrière et non plus trente ans pour ceux qui sont âgés de moins de 55 ans - la prolongation progressive de la carrière minimale de 35 à 40 ans en 2015, le renforcement des périodes d’équivalence (chômage, pré-pension, crédit temps).

Van Van Quickenborne a également annoncé la suppression des avantages accordés aux professeurs et magistrats - leur pension ne sera complète qu’après 36 ans de carrière, contre seize actuellement - et la prise en compte pour le calcul des retraites des fonctionnaires de la moyenne des dix dernières années au lieu de cinq.

La même mesure sera appliquée aux bourgmestres et échevins, qui bénéficient jusqu’ici d’une pension complète après vingt ans.

Van Quickenborne a encore demandé au parlement d’adapter le même système aux députés et sénateurs, qui bénéficient d’une pension complète après vingt ans, en modifiant le règlement de la Chambre et du Sénat.

La pension complémentaire dont bénéficient les journalistes sera également supprimée, avec maintien des droits acquis. Pour ceux qui sont âgés de plus de 55 ans, rien ne changera.

Les syndicats ont déjà insisté pour que ces réformes ne soient appliquées que pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail. Mais M. Van Quickenborne a rejeté cette demande.

« Nous respectons tous les droits acquis. Il n’est donc nullement question de rétroactivité. Nos mesures seront par ailleurs applicables au plus tôt le 1er janvier. Les gens seront ainsi informés et bénéficieront d’une année pour s’adapter », a souligné le ministre.

« Véritable tornade sociale »


Ecolo a qualifié de « véritable tornade sociale » la réforme des pensions annoncée dans la presse par le ministre libéral Vincent Van Quickenborne. Les verts critiquent également la méthode. Ils dénoncent le dépôt « à la hussarde » de 49 amendements jeudi en Commission des Affaires sociales de la Chambre.

 Concertation prévue

Une concertation est déjà prévue avec les syndicats concernant les réformes des pensions, a-t-on appris vendredi au cabinet du ministre des Pensions Vincent Van Quickenborne.
Le syndicat socialiste CGSP a menacé vendredi de mener des actions si aucun signal positif n'est donné d'ici lundi par le ministre concernant ses projets de réforme des pensions. Pour le syndicat socialiste, les projets sont anti-sociaux et le ministre ne va pas de main morte avec le régime des pensions du secteur public.
Mais une concertation est déjà prévue, selon un porte-parole du ministre. Elle est programmée jeudi pour le secteur public, au sein du comité A. Les réformes, tant sur le plan social que des pensions, seront mises sur la table. Une concertation est prévue lundi pour le secteur privé, au comité de gestion sociale de l'Office national des Pensions. "Les invitations sont parties", précise le porte-parole.
 

Nos dernières videos