INTERNATIONAL

Irak: cérémonie américaine pour marquer la fin d’une histoire mouvementée

Irak: cérémonie américaine pour marquer la fin d’une histoire mouvementée

AFP

La cérémonie marquant la fin de la présence américaine en Irak a commencé jeudi à Bagdad lorsque des soldats ont replié le drapeau des Forces américaines en Irak (USF-I), à quelques jours du départ des derniers militaires américains près de neuf ans après leur invasion.

Le général Lloyd Austin, qui commandait les forces américaines dans ce pays et qui vient d’être nommé chef d’état-major adjoint, a rangé le drapeau. Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta a rendu hommage aux soldats américains qui ont combattu dans ce pays.

« Vous êtes venus en Mésopotamie, encore et encore, sans savoir si vous retourneriez auprès de vos êtres chers. Mais vous partez avec fierté, sachant que votre sacrifice a permis aux Irakiens d’éliminer la tyrannie et d’offrir la prospérité et la paix aux futures générations de ce pays », a-t-il dit lors de la cérémonie à l’aéroport de Bagdad.

« L’Irak va être confronté à des défis lancés dans les prochains jours par les terroristes et par ceux qui vont essayer de diviser le pays, mais les États-Unis resteront aux côtés des Irakiens quand ils affronteront ces défis », a-t-il ajouté.

« Il est temps pour l’Irak de regarder vers l’avenir, » a ajouté le secrétaire à la Défense en demandant aux Irakiens de ne pas oublier le sacrifice consenti par les soldats américains.

Reconstuire l’armée de zéro et relancer une économie moribonde

Cette cérémonie marque la fin d’un épisode historique mouvementé et sanglant au cours duquel les États-Unis ont cru qu’en débarrassant le pays de Saddam Hussein, ils gagneraient automatiquement les coeurs et les esprits des Irakiens.

Mais ce scénario a dérapé rapidement en raison de leurs erreurs -- notamment le démantèlement de l’armée et des services de renseignements ou l’épuration sans merci des membres du Baas, l’ancien parti au pouvoir.

Ils ont ainsi laissé le champ libre à une insurrection très violente et n’ont pu empêcher une guerre confessionnelle meurtrière entre sunnites et chiites.

Les Américains ont dû reconstruire à zéro l’armée, la police et les institutions, et relancer une économie moribonde.

AFP

Nos dernières videos