europe

Un étiquetage plus clair pour les jus

Une boisson contenant 10 % de fraise et 90 % de pomme ne pourra plus s’appeler « jus de fraise ». L’UE impose un étiquetage clair des jus et nectars.

L’Union européenne s’est dotée mercredi de nouvelles règles d’étiquetage pour les jus de fruits et autres nectars, afin d’interdire les indications trompeuses et d’obliger les industriels à indiquer clairement s’ils ajoutent du sucre dans les boissons.

Cette loi européenne, déjà approuvée dans ses grandes lignes par les États membres, a été votée mercredi par le Parlement européen. Elle devrait s’appliquer d’ici deux ans environ.

« Notre priorité était de donner aux consommateurs des informations précises afin qu’ils sachent ce qu’ils achètent », a expliqué le rapporteur du texte, le socialiste espagnol Andres Perello Rodriguez.

La mention « pur jus » sera réservée aux boissons sans adjonction de sucre ni d’édulcorant. Quant aux « nectars » contenant des édulcorants artificiels, ils devront être étiquetés comme tels, et ne pourront pas porter la mention « sans sucre ajouté ».

Les mélanges de jus clairement mentionnés

En outre, les mélanges de jus devront être clairement mentionnés : ainsi une boisson vendue actuellement comme « jus de fraise » alors qu’elle contient en réalité 10 % de fraise et 90 % de pomme, devra à l’avenir être étiquetée « jus de pomme et de fraise ».

De même, le texte devrait mettre fin à une pratique courante, qui consiste à ajouter une faible proportion de mandarines dans le jus d’orange, ce qui lui donne de la couleur et du goût.

Désormais les industriels – notamment américains et brésiliens, qui détiennent une grande part du marché européen – devront ou renoncer à cette pratique, ou la mentionner clairement.

La guerre aux phosphates

Par ailleurs, les phosphates devront avoir pratiquement disparu des détergents vendus dans l’UE, d’ici mi-2013 pour le linge et début 2017 pour la vaisselle, en vertu d’un règlement adopté mercredi par le Parlement européen pour lutter contre la pollution des eaux.

Ce texte, qui a déjà été approuvé par les États membres, vise à limiter la présence dans les rivières et en mer de phosphates et autres produits phosphorés (comme les phosphonates), qui entraînent une prolifération excessive des algues et asphyxient certaines formes de vie aquatique.

Le règlement fixe à 0,5 g par dose standard de lessive la quantité maximale de produits phosphorés pour les lave-linge, et à 0,3 g pour les lave-vaisselle.

Le texte ne concerne que les produits vendus au grand public, et pas le secteur industriel.

Plusieurs députés ont par ailleurs appelé de leurs vœux, au cours du débat, une autre réglementation européenne pour limiter les rejets de phosphate issus des engrais agricoles. ¦

Nos dernières videos