article abonné offert

« Encore imprégnés de St-Lambert »

« Encore imprégnés de St-Lambert »

Les trois directrices s’attendent à devoir encadrer psychologiquement leurs élèves et résidents.

Philippe Luc

« Quelle triste plaisanterie ! On ne mesurera l’ampleur des conséquences psychologiques que dans les jours qui viennent. Même si on a fait croire aux enfants qu’il s’agissait d’un jeu, certains auront capté ce qu’il se passait. Et puis, il est vrai qu’avec les événements d’hier sur la place Saint-Lambert, on est encore imprégné. Dès demain, il y aura un travail psychologique à faire avec les enfants et, peut-être, avec les parents. » Nathalie Bernard, la directrice de l’école primaire d’enseignement spécialisé au Château Vert de Solières était partagée entre la satisfaction du devoir accompli et l’incrédulité. « Une alerte à la bombe qui nous vise, c’est vraiment désolant au vu de la vulnérabilité et de la fragilité de nos résidents ! On ferait mieux de penser à nous dans une optique de mécénat », ajoutait Nathalie Bernard, sans savoir que l’auteur de l’alerte à la bombe était un ancien résident du Château Vert.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 19 des 104 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos