ROMAN

L’hommage de Vargas Llosa au Celte

Le Prix Nobel de littérature 2010, Mario Vargas Llosa évoquele Congo de Léopold II dans son roman « Le rêve du Celte ».

Dans une prison anglaise, en 1916, un homme, Roger Casement, attend une hypothétique remise de peine. En pleine guerre, alors que des Irlandais se battent contre l’Allemagne aux côtés des Anglais, ce nationaliste a essayé de convaincre le Kaiser d’attaquer les Anglais en Irlande… Et dans sa cellule, le « Celte » se souvient. De son enfance d’abord bercée par les récits du capitaine Casement, son père, qui a servi aux confins de l’Empire britannique, en Inde, en Afghanistan… L’enfant, bientôt orphelin, en conservera une soif d’aventures mais aussi la volonté d’amener les « bienfaits de la civilisation » dans les contrées lointaines.

Bientôt c’est en Afrique qu’il débarque. Et c’est aux côtés du grand Stanley qu’il découvre le Congo, alors propriété du roi Léopold II. Et la désillusion est rude pour cet homme épris de justice sociale. Ce qu’il découvre, cette exploitation effroyable des Congolais, ces contrats sans aucune contrepartie que Stanley impose aux populations locales… Bientôt le Celte va dénoncer ces abus, dans un rapport sur l’Afrique qui porte son nom. Plus tard, c’est en Amazonie péruvienne où les comptoirs britanniques exploitent le latex qu’il dénoncera les mêmes excès. Et c’est cet identique refus du colonialisme, de tous les colonialismes, qui le mènera à la lutte indépendantiste en Irlande.

De flash-back en souvenirs, Mario Vargas Llosa, Prix Nobel de littérature en 2010, nous conte cette histoire vraie qui se lit comme un roman d’aventures. Mort dans la honte, Roger Casement sera finalement réhabilité et son corps « rendu » à l’Irlande. Le roman de Vargas Llosa est aussi un hommage à un homme qui a, avant tout, combattu pour plus de justice et d’humanité.¦

Vargas Llosa, « Le rêve du Celte », Gallimard, 521 p., 22,90 €.

Nos dernières videos