EUROPA LEAGUE

Le 18 sur 18 est bien dans la besace mauve

Le 18 sur 18 est bien dans la besace mauve

Belga

Largement victorieux au terme d’une fringante prestation, le Sporting termine la phase de poule invaincu. Suarez finit meilleur buteur.

Anderlecht - Lokomotiv Moscou 5-3
Assistance : 15 000.
Arbitre : M. Bebek (Cro).
Cartes jaunes : Canesin, Kouyate, Maicon, Ivanov, Juhasz.
Carte rouge : Ivanov (2 c.j., 83e).
Buts : Ignatyev (0-1, 21e) ; Kljestan (1-1, 33e) ; Canesin (2-1, 39e) ; Wasilewski (3-1, 58e) ; Suarez (4-1, 60e) ; Sychev (4-2, 68e) ; Gillet (5-2, 77e) ; Sychev (5-3, 87e).
ANDERLECHT : Proto, Wasilewski, Kouyate, Juhasz, Safari, Kljestan, Marecek, Gillet (80e Badibanga), Canesin (85e De Sutter), Jovanovic, Suarez (72e Mbokani).
LOKOMOTIV MOSCOU : Amelchenko, Ilic, Durica, da Costa, Ivanov, Zapater, Torbinski (46e Ozdoev), Glushakov, Ignatyev, Maicon (54e Caicedo), Minchenko (46e Sychev).

Le fait que les Moscovites, en vacances depuis deux semaines et s’alignant sans plusieurs titulaires, ne se présentaient pas dans leur configuration la plus performante ne s’est pas vu tout de suite. Après une entame de match déjà prometteuse du Sporting, c’est en effet le Lokomotiv qui fit parler sa vitesse de (contre) offensive dans le dos de la défense bruxelloise. On vit ainsi Igniatyev rouler dans la farine Safari pour battre Proto de près après un peu plus de vingt minutes de jeu.

Même si, au départ, l’équipe russe devait inscrire au moins trois buts pour priver les Bruxellois de la première place du groupe, on se demande toujours ce qui se serait passé si à la demi-heure Glushakov, nez à nez avec le gardien mauve, n’avait pas été contré in extremis par le gars Silvio, une fois de plus déterminant. Au lieu de ça, deux minutes plus tard, c’est Kljestan qui profitait d’un mauvais renvoi défensif adverse pour placer un adroit essai enroulé dans le coin du but.

Il remettait Anderlecht dans le sens de la marche et, il faut le dire, de sa plus alerte prestation depuis la « disparition » de Biglia.

Canesin évacue quatre moisde frustration

Si les godasses de Jova n’ont plus grand-chose de magique pour l’instant, même Marecek, relancé dans le bain de manière inattendue par Ariël Jacobs, tenait fort bien son rôle entre les lignes. Et quand à la 39e, Fernando Canesin, isolé par Suarez face à Amelchenko, donna l’avance au Sporting, on eut le sentiment qu’un bouchon de champagne venait de sauter dans la tête du jeune et sympathique Brésilien. En inscrivant son premier but officiel en équipe fanion mauve, il évacuait visiblement quatre bons mois de frustration, transformés en obsession, et honorait son père décédé. Un moment touchant.

En dépit d’un coup de réparation stupidement concédé par Kouyate et d’un dernier but de Sychev quand tout était dit, plus rien n’allait s’opposer à la marche en avant du Sporting, soutenu par un public en joie qui allait même se lancer dans un genre d’« ola » que l’on voit rarement au Parc Astrid. Il est vrai qu’en deux minutes, Wasilewski, d’un retro dans le but vide, puis Suarez, rejoignant ainsi Falcao (l’an dernier avec Porto) au top du classement des buteurs en phase de poule, avaient placé Anderlecht hors de portée d’un adversaire qui n’y croyait plus du tout et allait même finir le match à dix.

Avec en prime un cinquième but de Gillet dans la besace, les Mauves obtenaient donc le fameux 18 sur 18 dont ils rêvaient plus ou moins secrètement. Seuls Salzbourg et le Zénit St Petersbourg ont réussi la même performance dans le passé en Ligue Europa. Les Autrichiens avaient ensuite été éliminés en 1/16es par le Standard de Bölöni, et les Russes en 1/8es par le Twente de Preud’homme. Juste pour rappeler au Sporting d’éviter le piège de l’euphorie.¦

Nos dernières videos