POLEMIQUE

«Des pratiques nauséabondes»

«Des pratiques nauséabondes»

À Grimbergen, les commerçants qui parlent français à leurs clients ne sont pas bien vus des autorités.

Belga

La députée européenne Ries a interpellé l’Europe sur les pratiques anti-francophones de la commune de Grimbergen.

La députée européenne Frédérique Ries (MR) vient d’envoyer un courrierau président de la Communauté européenne, José Manuel Durão Barroso, et à Viviane Reding, Commissaire européenne aux Droits fondamentaux.

Elle y dénonce des « pratiques d’un autre temps » et qui relèvent de « la délation et la dénonciation ».

Pour rappel,la commune flamande avait appelé à la délation des commerçantsqui ne parlent pas le néerlandais. Les autorités communales ont même ouvert une ligne téléphonique spéciale destinée à communiquer directement les plaintes concernant l’emploi d’une autre langue que le néerlandais par les commerçants de la commune.

Contraire à la Charte européenne

Pour la députée Frédérique Ries, cette disposition constitue une atteinte aux libertés fondamentales et à la dignité. Et non pas seulement « de simples tracasseries administratives, comme on les qualifie pudiquement en Belgique », écrit-elle dans sa lettre aux autorités européennes.

Elle rappelle aussi que la décision de commune de Grimbergen viole la Constitution belge, mais est également contraire à la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne qui proclame que « l’Union respecte la diversité religieuse, culturelle et linguistique ».

En tant que garants du Traité, le député MR demande donc à ce que José Manuel Durão Barroso et Viviane Reding se penchent « sur cette politique communale Inacceptable ».

Il y a un an, la bourgmestre CDéV de Grimbergen avait déjà soutenu une pétition anti-francophones signée par des citoyens. Ceux-ci déploraient l’utilisation du français au sein du club de football de la commune, y compris pour s’adresser aux enfants flamands.¦

Nos dernières videos