article abonné offert

« Et dire qu’on manque de kinés en Luxembourg ! »

Quand il a appris que sa nouvelle associée allait devoir mettre la clé sous le paillasson, fin décembre, Alain Billot n’en est pas revenu. Pour celui qui a naguère bataillé pour la profession comme président des kinés du Luxembourg, « on ne tient aucunement compte de l’équilibre entre l’offre et la demande. Aucun cadastre n’a été dressé. Et dire qu’on manque de kinés en Luxembourg ! »

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 29 des 150 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos