société

Laisser les problèmes au bureau

Laisser les problèmes au bureau

En dehors du boulot, essayez de penser à autre chose. Sinon le stress aura vite fait de vous rattraper.

Reporters

Trois Belges sur quatre éprouvent parfois des difficultés à laisser de côté leurs problèmes professionnels quand ils rentrent à la maison.

Difficile d’oublier les préoccupations professionnelles une fois que l’on a quitté le lieu de travail. Surtout si l’on rencontre des situations stressantes au boulot : conflits avec les collègues ou les chefs, charge de travail trop pénible, mauvais résultats de l’entreprise, crainte de licenciement…

Le site d’offres d’emploi StepStone a demandé à un millier de travailleurs belges s’ils arrivaient à laisser leurs problèmes professionnels au bureau. Les résultats sont révélateurs : une fois rentrés chez eux, 23 % (seulement) parviennent à oublier les soucis et le stress professionnels. Ils peuvent alors se consacrer entièrement à leurs loisirs et faire profiter leur famille et leurs proches de leur bonne humeur.

Néanmoins, pour la majorité des Belges (58 %), les choses ne sont pas aussi faciles. Ils disent éprouver parfois quelques difficultés à laisser de côté les ennuis professionnels, même s’ils y parviennent en général relativement bien.

Enfin, 19 % des Belges déclarent ne jamais réussir à ne pas penser au travail, même en dehors de celui-ci. Or, tout le monde a, de temps à autre, besoin de se détendre. D’un point de vue psychologique, les personnes incapables de mettre leur job entre parenthèses risquent d’ailleurs d’en payer à terme les conséquences.

StepStone livre donc quelques conseils à celles et ceux qui ne parviennent pas à se libérer l’esprit : penser à éteindre son GSM le soir ; commencer plus tôt sa journée de travail plutôt que la terminer le soir à la maison ; s’imposer des activités physiques ou sociales en soirée, comme du jogging (5 km, de plus en plus vite) ou un ciné ; si l’on reporte systématiquement le jogging et le ciné « à cause du retard », prévoir alors des sorties entre amis, car celles-ci sont plus difficiles à annuler.

Michel Tubbax, le managing director de StepStone Belgique, nuance toutefois les résultats de l’enquête : « Il faut naturellement voir si vous appréciez ou non votre emploi. Si vous aimez votre boulot, vous ne crierez pas au scandale lorsque vous devrez y penser en dehors des heures de bureau ou travailler chez vous. »¦

Nos dernières videos