spectacle

Wouter Beke serre les fesses

Wouter Beke serre les fesses

Onkelinx, Milquet et Di Rupo sont les personnages fétiches de « Sois Belge et tais-toi ! » Wouter Beke leur sert cette fois de souffre-douleur.

Belga

Beke est leur souffre-douleur. De Wever traîne ses savates. Et Di Rupo danse comme un petit fou. La saison de « Sois Belge et tais-toi » est lancée.

Jeudi soir, c’était la première mondaine de Sois Belge et tais-toi !, la revue qui croque chaque année nos hommes et nos femmes politiques. La revue qui arrive à faire rire de notre poto-poto politique « en n’étant pas mal élevé sans être aimable pour autant», comme l’explique André Remy. Ce dernier cosigne chaque année le spectacle avec son fils Baudouin, par ailleurs journaliste politique à la RTBF.

Jeudi, Alexander De Croo était au premier rang pour voir sa doublure comique. Joëlle Milquet est venue mais n’a pas tout vu. Sa fille aînée fêtait ses 18 ans. L’ex-présidente du cdH prête chaque année des vêtements à la comédienne qui la joue. Et elle ne récupère pas toujours les habits, paraît-il. Les tontons flingueurs du FDF, Olivier Maingain et Bernard Clerfayt, étaient évidemment là. Ce sont de grands habitués.

Et puis on croisait aussi Melchior Wathelet, la moitié des journalistes de la RTBF dont François De Brigode, venu voir comment il était joué pour la première fois. Ca l’a laissé un rien dubitatif, à la sortie.

L’édition 2011-2012 est un peu inégale. La première partie retrace la crise par ordre chronologique. Elle est bourrée de vrais et grands moments de rires. Elio Di Rupo (Elio Di Marceau) est sublime, comme toujours. Wouter Beke (CD & V) serre les fesses et téléphone toutes les 30 secondes à Kris Peeters. Bart De Wever (N-VA) boude. Le passage sur le « Professeur Delpérée » est un passage très apprécié. Yves Leterme, qui devient secrétaire, et remercie les collègues est naturellement excellent.

Dans la seconde partie, on a beaucoup aimé Nicolas Sarkozy flanqué d’un Silvio Berlusconi et d’une Angela Merkel très drôles. Avec au milieu notre Herman Van Rompuy national. La leçon de néerlandais, qui parle du problème du genre (« les het et les de »), reste un must. La poste, les trains, Martine qui voulait être parlementaire sont autant de sketchs qui remplissent l’espace. On aimera ou pas.

La nouvelle saison de Sois Belge et tais-toi ! a représenté un véritable défi au vu de l’actualité politique qui s’est précipitée les derniers jours. «On a doublé ou triplé certaines versions de chanson en fonction des cas de figures possibles (Elio Premier, Elio toujours à l’œuvre, Elio qui échoue). Ça a été épuisant »,confie André Remy. Sois Belge et tais-toi !part en tournée à travers toute la Wallonie. Et s’offrira même en spectacle à Gand. ¦

www.compagnievictor.be

Nos dernières videos