CYCLISME

Bruyneel veut gagner un Tour avec les Schleck

Bruyneel veut gagner un Tour avec les Schleck

Bruyneel va coacher les Schleck. Reporters

L’équipe Radioshack Nissan Trek est fin prête pour la saison 2012. Et Johan Bruyneel annonce de grandes ambitions.

Cette fusion-absorption entre Radioshack et Leopard avait fait couler beaucoup d’encre. Aujourd’hui, la formation, désormais dirigée par Johan Bruyneel, est en ordre de fonctionner, non seulement avec la licence Protour indispensable, mais surtout avec un impressionnant effectif de trente coureurs.

Flavio Becca, l’homme d’affaires luxembourgeois à l’origine du projet Leopard, a, au fond, ce qu’il voulait : un management sportif digne de l’effectif de la formation, avec un Johan Bruyneel particulièrement rodé à cet exercice qui consiste à relever les gros défis de 2012, selon le souhait de Becca : « Prolonger en 2012 les résultats de 2011, mais évidemment faire encore beaucoup mieux, dit-il. Avec Bruyneel, on a sans doute fait le bon choix, en amenant un véritable leader qui possède un palmarès inégalé. Il est à même de maximaliser les talents, de définir des tactiques pour gagner et de motiver toute l’équipe ».

Bruyneel s’est ainsi attelé à la tâche, notamment pour monter l’équipe. « Je ne suis pas de ceux qui craignent de relever les défis,dit-il. Quand on m’a présenté ce projet, j’ai rapidement vu tout le potentiel de cette idée. On s’est mis rapidement au travail, pour monter une équipe de trente coureurs, mais surtout pour y instaurer un véritable esprit de solidarité et d’entente. Rassembler les deux équipes, Nissan et Leopard, cela donnait un total de 42 coureurs, soit 12 de trop pour les normes de l’UCI. On s’est ainsi arrangé pour que tous les coureurs, et notamment ceux qui ne pouvaient rester, trouvent un emploi dans une autre formation. »

Au rayon des ambitions de Bruyneel, il est logique qu’elles se focalisent tout d’abord sur les courses par étapes. «D’autant que j’ai un nombre impressionnant de coureurs de tours à ma disposition, admet le manager belge. Il est évidemment trop tôt pour décider de l’équipe qui fera le Tour de France, mais je sais qu’il y a beaucoup de coureurs chez nous capables de monter sur la première marche du podium. Andy en est le plus proche. J’ai hâte de travailler avec lui et son frère Fränk. » Les frangins ne se montrent pas moins enthousiastes. « Je pense qu’il n’y a pas plus fort que Johan point de vue stratégie et tactique, souligne Andy. Je sais que je peux gagner le Tour avec lui. »
 

Nos dernières videos