AGRICULTURE

Une patate OGM résistant au mildiou

Une patate OGM résistant au mildiou

Le mildiou est La maladie par excellence de la pomme de terre. En moins de 48 heures, il peut détruire un plant entier de patates !

DPA/Reporters

BASF veut lancer surle marché une patate OGMqui résisterait au mildiou. L’Europe doit se prononcer. Le centre wallon de recherche reste prudent.

L’Europe avait déjà donné son accord pour Amflora, une pomme de terre OGM créée par BASF et destinée aux usages industriels (amidon pour la pâte à papier et engrais pour le jus). Elle va devoir se prononcer rapidement sur Fortuna, une autre patate génétiquement modifiée par le géant allemand de la chimie. Celle-ci résisterait contre le mildiou, ennemi numéro 1 des pommes de terre.

Ce nouveau tubercule a été conçu à partir d’une patate européenne réputée pour donner des frites de qualité. Deux gènes issus d’une autre pomme de terre plus résistante au mildiou, lui ont été ajoutés.

Autre différence de taille avec la patate Amflora : BASF souhaite introduire sa Fortuna sur le marché de l’alimentation d’ici 2014-2015.

La clé dans la lutte contre le mildiou : la prévention

Le mildiou frappe chaque année en Belgique :

«Il commence fin avril, dans l’est du pays, commente Daniel Ryckmans, conseiller technique pour la filière wallonne de la pomme de terre.Il n’y a pas de statistiques précises qui comptabilisent les pertes,elles sont minimes mais chaque année présentes !La Bintje est la pomme de terre la plus produite chez nous mais c’est aussi la plus sensible à ce fléau.»

À l’heure actuelle, chercheurs et agriculteurs luttent contre cette maladie en croisant naturellement des souches de pomme de terre, ou en utilisant des fongicides qui leur permettent de lutter contre les champignons parasites.

« Un système d’avertissement est également mis en place, détaille Daniel Ryckmans. Lorsque les conditions climatiques sont propices à l’apparition du mildiou, les agriculteurs sont avertis par message. On leur conseille alors de répandre les fongicides ».

Problème : ces champignons s’adaptent dans le temps et produisent des souches de plus en plus virulentes.

« C’est une course sans fin car ces champignons deviennent résistants aux nouvelles molécules», explique Jean-Pierre Goffart, au Centre wallon de recherches en agronomie.

Attention à la biodiversité

Quelle est la solution alors pour vaincre le mildiou ? Les OGM sont préconisés par certains, car ils permettent une réponse plus rapide.

« Pour créer de nouvelles variétés de tubercule, de manière naturelle et qui résisteraient au mildiou, il faut minimum 10 ans, décrit Daniel Ryckmans. Alors que pour les patates OGM, il faut 4 à 5 ans. »

Mais ces deux experts restent prudents quant au succès inconditionnel des OGM.

« Ils ne seront pas d’office gagnants !,confie Jean-Pierre Goffart. Il est fort probable que les champignons s’adaptent également aux OGM. »

Le plus gros point d’interrogation reste l’impact sur la santé :

« Aucune étude ne permet de définir les effets potentiels sur l’organisme », précise le chercheur.

Outre l’aspect médical, une question éthique se pose aussi.

« Les agriculteurs risquent d’être dépendants de multinationales, observe le spécialiste. Elles auraient le monopole de la variété de pommes de terre résistante. De plus, les exploitants auront tendance à n’utiliser que cette variété en question, au détriment des autres. »

À la clé, la crainte d’une diminution de la biodiversité.