BELGODYSEE 2011

Nathalie Vleeschouwer : pour les ventres ronds

Nathalie Vleeschouwer : pour les ventres ronds

Nathalie Vleeshouwer crée et supervise sa collection jusque dans les moindres détails. Natacha Jordens

Chaque semaine, un(e) étudiant(e) en journalisme nous fait découvrir un «Bekende Vlaming», une personnalité flamande inconnue chez nous.

Franchir le seuil du magasin Fragile, situé dans la chic Kammenstraat d’Anvers, c’est entrer dans un univers rempli d’étoffes multicolores, d’imprimés géométriques et floraux et… de ventres ronds ! Car Fragile, c’est la marque tendance pour les femmes enceintes au nord du pays. Une marque symbolisée par un verre «?comme celui sur les cartons de déménagement, explique Nathalie Vleeschouwer, la créatrice du label. Ça fait allusion à l’embryon, fragile, mais porté par une femme forte, qui le protège. Cela représentait bien la femme que je voulais habiller : active, féminine et qui se sent bien dans sa peau. »

Un concept fondé en 1990, lorsque la styliste se voit confier la réalisation d’un modèle pour futures mamans. La jeune étudiante parcourt alors les boutiques en quête d’inspiration, en vain : «?Il n’existait rien. On ne faisait que des vêtements larges, comme des sacs ! Je me suis dit qu’il y avait un espace intéressant à combler. » Avec ses économies, elle achète son premier magasin et commence ses créations. Aujourd’hui, l’entreprise emploie 25 personnes et sa collection se vend dans 65 boutiques de par le monde, notamment aux États-Unis et au Japon.

Créatrice avant tout

Pourtant, il n’existe qu’un seul point de vente en Wallonie, contre 24 en Flandre. Un choix ? «?Pas du tout, mais pour nous étendre, il faut des contacts, explique la quadragénaire. Et comme il s’agit d’un secteur très limité, c’est difficile. En Wallonie comme ailleurs.?» La manager pointe aussi un public différent au sud du pays : «?Je crois que les Wallons sont plus réticents que les Flamands quand il s’agit d’acheter une pièce haut de gamme. Ils préfèrent acheter plusieurs pièces différentes et moins chères, même si elles sont de moins bonne qualité.?»

En Flandres, Nathalie Vleeschouwer est aussi connue pour avoir reçu en 2010 le «?Womed Award?», le prix de la meilleure entrepreneuse de l’année. Pourtant, l’Anversoise se considère avant tout comme une créatrice de mode : «?J’aime être dans mes tissus, mes couleurs et créer des nouveautés. C’est un peu comme être dans un rêve. Et quand je vois les femmes porter ce que j’ai imaginé, ça m’encourage. Je travaille uniquement pour ces moments-là.?»

Jamais à court d’idées, la créatrice a lancé en mai dernier une nouvelle collection destinée à toutes les femmes. Sans le ventre, cette fois.