article abonné offert

« Comment me faire comprendre ? »

D’un côté les éloges, de l’autre la soupe à la grimace. « Qu’ajouter ?,explique l’entraîneur Guerit. Depuis quelques rencontres, mes joueurs ont compris que la solidarité n’était pas un vain mot. Aujourd’hui, on joue en bloc, sans plus chercher à faire des ronds pour épater la galerie. Il n’y a pas d’autre explication. »D’un côté les éloges, de l’autre la soupe à la grimace. « Qu’ajouter ?,explique l’entraîneur Guerit. Depuis quelques rencontres, mes joueurs ont compris que la solidarité n’était pas un vain mot. Aujourd’hui, on joue en bloc, sans plus chercher à faire des ronds pour épater la galerie. Il n’y a pas d’autre explication. » Du côté de Nicolas Marcelle la version est autre : « Tout n’était pas mauvais, dans ce match. Mais, une fois encore, les miens ont manqué d’écoute. Pas assez de présence dans les duels et des directives qui ne sont pas appliquées. Puis ces occasions que nous ne parvenons pas à mettre au fond ! Comment me faire comprendre. En employant les grands moyens ? »D’un côté les éloges, de l’autre la soupe à la grimace. « Qu’ajouter ?,explique l’entraîneur Guerit. Depuis quelques rencontres, mes joueurs ont compris que la solidarité n’était pas un vain mot. Aujourd’hui, on joue en bloc, sans plus chercher à faire des ronds pour épater la galerie. Il n’y a pas d’autre explication. »D’un côté les éloges, de l’autre la soupe à la grimace. « Qu’ajouter ?,explique l’entraîneur Guerit. Depuis quelques rencontres, mes joueurs ont compris que la solidarité n’était pas un vain mot. Aujourd’hui, on joue en bloc, sans plus chercher à faire des ronds pour épater la galerie. Il n’y a pas d’autre explication. »

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 47 des 228 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?