article abonné offert

Couvin

Les concessions dans les cimetières

Les concessions dans les cimetières

ÉdA – 10463352447

Des avis avaient été placardés dans six cimetières du grand Couvin suite au décret du 6 mars 2009, les concessions non renouvelées allaient devoir être abandonnées. Roland Nicolas rappelle alors l’obligation de maintenir certaines concessions quand il s’agit de monuments remarquables ou de tombes de personnages importants. Il signale à l’assemblée la tombe de Richoux au Brûly et celle d’un ancien combattant à Dailly : « C’est là une tombe d’un soldat mort durant la dernière guerre, dira-t-il. J’aimerais que la tombe soit entretenue et surtout ne soit pas désaffectée. À Dailly, il n’y a pas de monuments aux morts et c’est cette tombe qui sert de référence aux commémorations. » À noter que les propos sur les columbariums apportent un nouvel éclat de rire avec un « lapsus agricola », pardon ! « linguae» de l’échevin des travaux, très en verve, qui parle d’épandage des cendres plutôt que d’une dispersion.¦ M.V.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 0 des 0 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?