Antoine se veut rassurant sur la gestion de la dette de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Alors que la crise financière persiste et a lourement frappé le groupe Dexia et le Holding communal, la ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles André Antoine a tenu lundi à rassurer ses parlementaires sur la gestion financière menée par le gouvernement et sa maîtrise de la dette.

Devant la Commission des Finances du parlement de la Fédération, il a précisé que le solde de financement pour 2011 s'élève actuellement à -328 millions d'euros, alors que la limite avait été fixée à -548 millions, ce qui laisse un écart positif de 220 millions. Quant à la dette globale de la Communauté, elle atteignait au 11 octobre 4,2 milliards d'euros. En 2008, la crise financière a coûté près de 800 millions d'euros à la Fédération.

La dette de la Communauté présente plus de 92% de valeurs à taux fixe et une "duration" (durée des remboursements) de 5,95 années, s'est-il félicité. Certains emprunts courent jusqu'en 2060.

Les plus grosses échéances de remboursement se présenteront dans les années à venir, avec une pointe à 650 millions en 2017 mais ces échéances ne dépassent jamais 15% de la valeur de la dette, a-t-il dit.

Pour 2011, les besoins de financement sont déjà couverts à 92%. Pour ce faire, de nombreuses possibilités d'emprunts ont été mises en concurrence et diverses opportunités du marché ont été saisies. La cote Aa1 de la Communauté lui permet de trouver des financements sans trop de difficultés et les hauts responsables financiers de la Communauté ont été présenter sa solidité financière à l'étranger.

Par ailleurs, la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est adressée à l'agence française Vigeo pour établir un "rating" (cotation) financier complémentaire à celui de l'agence Moody's, qui prenne en compte les actions socialement responsables mises en oeuvre par la Fédération et les critères de développement durable.

Cela lui a permis de décrocher des emprunts "sous format ISR (Investissement Socialement Responsable)", qui tiennent compte de ces critères environnementaux et sociaux, au-delà des seuls chiffres financiers.

Belga