Tour de France : pas de cadeau à Gilbert

Le changement du site d’arrivée de la première étape du Tour de France 2012 ne doit rien à Philippe Gilbert.

Belga

Le changement du site d’arrivée de la première étape du Tour de France 2012, à Seraing dans les faubourgs de Liège, ne doit rien à Philippe Gilbert, assurent ses organisateurs en démentant les commentaires parus ces dernières semaines en Belgique.

Seul fait établi, la ligne d’arrivée a été déplacée sur les hauteurs de Seraing, au bout d’une montée de près de 1500 mètres.

« Mais ce n’est évidemment pas lié à la présence ou non de Philippe Gilbert », déclare le directeur sportif du Tour, Jean-François Pescheux, qui rejette catégoriquement l’hypothèse selon laquelle la Grande Boucle aurait ainsi fait les yeux doux au champion des classiques, le « régional » de ce Grand départ en Wallonie.

« Nous avons changé car, lors de la reconnaissance détaillée, nous nous sommes rendus compte que l’arrivée, probablement au sprint, était installée en faux-plat descendant. Il n’était pas question de prendre des risques pour une première étape, alors que le peloton est encore très fourni », ajoute le responsable sportif du Tour.

Les organisateurs ont opté pour un autre site qui présente de surcroît l’avantage d’éviter la répétition des sprints massifs sur le plat. « Dans la première semaine, on essaye de varier les plaisirs », confirme Jean-François Pescheux. « Il faut qu’il y ait des occasions pour les différents types de coureurs ».

A l’exemple de la première semaine du Tour 2011, dont la première étape (au Mont des Alouettes) avait été enlevée haut la main par Gilbert avant que les sprinteurs dictent leur loi (Farrar, Cavendish, Boasson Hagen).