FRANCE

François Hollande: «Je veux réenchanter le rêve français»

Après l’annonce de sa large victoire lors de la primaire socialiste, François Hollande estime avoir reçu le « mandat impérieux » de battre le président sortant Nicolas Sarkozy.

L’ancien patron du Parti socialiste, tenant d’une ligne sociale-démocrate modérée, a remporté la primaire socialiste avec 56% des voix contre 44% à Martine Aubry, lors d’un scrutin ouvert à tous les sympathisants de gauche qui a attiré près de 3 millions d’électeurs.

« Ce soir, j’ai reçu un mandat d’une partie d’entre vous, le mandat impérieux de faire gagner la gauche. J’y consacrerai toutes mes forces, toute mon énergie », a promis François Hollande, 57 ans, devant les militants au siège parisien du parti socialiste.

« Je veux offrir à la jeunesse de France une vie meilleure que la nôtre: c’est le rêve français que je veux réenchanter », a-t-il ajouté, confirmant que la jeunesse et l’éducation seraient les priorités de la campagne présidentielle qui s’ouvre désormais devant lui.

Hollande a assuré qu'il serait "le candidat du respect, du dialogue, de la démocratie, qui donne à voir une autre présidence de la République". "J'ai entendu les colères de ceux et celles qui n'en peuvent plus", a-t-il poursuivi, citant les problèmes liés au chômage, au logement, à la santé, mais aussi "les désordres de la finance, les excès de la mondialisation, les insuffisances de l'Europe, les atteintes à l'environnement".

"Cette victoire me confère la force et la légitimité pour préparer le grand rendez-vous de la présidentielle (...). Les Français n'en peuvent plus de la politique de Nicolas Sarkozy (...). On va gagner", s'est-il écrié.
 

Aubry : « L’heure est au rassemblement »

Martine Aubry, 61 ans, qui l’avait durement attaqué ces derniers jours, stigmatisant le représentant d’une gauche « molle » et indécise, a immédiatement reconnu sa défaite. « Je salue chaleureusement la victoire de François Hollande, notre candidat pour la présidentielle », a-t-elle déclaré.

« Les primaires l’ont rendu plus légitime et plus fort encore dans le combat contre la droite et l’extrême droite (...). L’heure est maintenant au rassemblement autour de notre candidat », a-t-elle ajouté.

Contre-offensive de l’UMP

François Hollande sera donc le principal adversaire de Nicolas Sarkozy, candidat probable à sa propre réélection, lors de la présidentielle d’avril et mai prochains. Il a fait du rassemblement de tous les courants du parti socialiste et de la gauche son objectif principal pendant cette primaire.

Député de Corrèze, un département rural du centre de la France, François Hollande était déjà arrivé en tête du premier tour dimanche dernier, avec neuf points d’avance (39,2% contre 30,4%) sur Martine Aubry. Il a pour rappel bénéficié du soutien des quatre candidats éliminés au premier tour, Arnaud Montebourg (17,2%), son ex-compagne Ségolène Royal (6,9%), Manuel Valls (5,6%), et le centriste de gauche Jean-Michel Baylet (0,6%).

À droite, le secrétaire général du parti présidentiel UMP, Jean-François Copé, a affirmé que le temps de la « contre-offensive » avait sonné pour la majorité. Celle-ci devrait être lancée dès le début de la semaine.

Avec AFP