FORMULE 1 Grand Prix de Corée

Vettel étrenne, Red Bull confirme

Vettel étrenne, Red Bull confirme

Grâce au succès de Vettel et à la 3e place de Webber, Red Bull a reconduit son titreà trois courses de la fin.

AFP

Sebastian Vettel a étrenné son 2e titre de la plus belle façon à Yeongam où Red Bull a aussi enlevé un 2e sacre consécutif.

Incroyable mais vrai : Sebastian Vettel n’a pas signé la pole, samedi à Yeongam ! Pire : ce n’est même pas l’autre Red Bull (Mark Webber) qui s’y est installée, mais bien la McLaren d’un Lewis Hamilton retrouvé après quelques mois difficiles (erreurs, accidents, polémiques, pénalités). Le Britannique n’avait plus été à pareille fête depuis… 27 Grands Prix (Canada 2010) ! Une éternité.

Après 16 poles d’affilée, la belle série Red Bull entamée à Abu Dhabi 2010 s’est donc arrêtée, samedi. Mais dès dimanche, le « taureau ailé » a repris sa marche en avant. Il aura, en effet, suffi de trois virages pour voir Vettel filer vers sa 10e victoire 2011, qui, ajoutée à la 3e place de Mark Webber, a permis à Red Bull d’être à nouveau sacré champion des constructeurs. Pas vraiment une surprise. Plutôt la confirmation que l’écurie de Milton Keynes est bien la plus forte depuis deux ans. Et de quoi largement compenser la déception d’avoir raté la pole pour la première fois de la saison.

« Je suis très heureux de voir comment la course s’est déroulée, s’est d’ailleurs réjoui Vettel, presque plus souriant que lors de son sacre, dimanche dernier. Ici, on a vraiment tiré le meilleur de la voiture. Vous savez, la semaine passée, j’avais vécu une journée très spéciale. J’avais fini 3e, en ayant le sentiment que nous aurions pu faire mieux. Évidemment, j’étais extrêmement heureux de remporter le championnat, mais si vous savez que votre course n’a pas été la meilleure… il est difficile de changer d’humeur ».

Cette fois l’Allemand a appliqué sa stratégie préférée : rouler à fond au début afin de creuser un écart sur la concurrence et contrôler la meute jusqu’au drapeau à damier.

« Cela a été une course parfaite, du début jusqu’à la fin. En plus c’est un jour exceptionnel pour l’équipe, qui assure le titre constructeurs. Et dix(comme le nombre de ces victoires en 2011)est un bon chiffre… Donc oui, c’était une belle journée », s’est-il réjoui après avoir ajouté son grain de panache : le chrono le plus rapide dans son dernier tour.

« Je me sentais bien et j’ai poussé. Juste pour le fun. C’était presque stupide de ma part, mais je l’ai fait. Je suis content(rires) ».¦

Ar.B.