Présentation

Giro 2012: un parcours plus humain…

Giro 2012: un parcours plus humain…

Reporters

Au départ du Danemark, le Giro 2012 semble être revenu à davantage de sagesse dans son tracé, même si les grimpeurs sont encore avantagés.

La prochaine édition du Tour d’Italie, qui partira le 5 mai du Danemark, s’annonce « plus humaine » mais laisse la part belle aux grimpeurs avec plusieurs sommets mythiques et un seul contre-la-montre individuel important pour la dernière étape, le 27 mai à Milan.

Humain. Le terme est revenu dans la plupart des commentaires lors de la présentation télévisée de la course rose, dimanche après-midi à Milan.

Le Giro est désormais dirigé par Michele Acquarone, directeur général de RCS Sport et successeur du bouillant Angelo Zomegnan, qui a passé la main après sept ans à la tête de l’organisation. Sous Zomegnan, le Giro avait pris une tournure très spectaculaire, notamment au cours des deux dernières années, quitte à s’attirer des critiques pour avoir atteint certaines limites sportives.

Acquarone a mis un peu d’eau dans ce vin. La 95e édition, longue de 3.476,4 kilomètres, s’annonce plus raisonnable mais elle réserve tout de même un final haletant, avec deux grandes étapes de montagne dans les trois derniers jours, à l’Alpe di Pampeago puis au sommet du Stelvio, le col-symbole du nord de l’Italie, à plus de 2700 mètres d’altitude.

La course de la Gazzetta dello sport aura un départ inédit du Danemark. Avec, pour conséquence, une journée de repos après seulement trois jours de course, pour que l’ensemble de la caravane rentre en Italie.

Le parcours, éventé par une fuite sur internet, comme celui du Tour de France 2012 qui sera présenté mardi à Paris, comporte sept étapes ouvertement favorables aux grimpeurs. Entre autres celles arrivant à Cervinia (14e), à Cortina d’Ampezzo (17e), à l’Alpe di Pampeago (19e) et au Stelvio (20e), qui sera escaladé après le Mortirolo, emprunté par une route encore inédite dans l’histoire de la course.

À part l’ouverture danoise, sur 8,7 km à Herning, et le contre-la-montre par équipes pour l’arrivée à Vérone, les rouleurs n’auront que le dernier « chrono » milanais, de 31,5 km, à se mettre sous la dent.¦