« Concernant la future maison de repos, j’ai demandé qu’un professeur d’université rédige un audit. Les chiffres sont éloquents : avec la proposition actuelle de 76 lits, la perte annuelle s’élèvera à 221 000 €. Avec 100 lits, elle ne serait plus que de 101 000 €, sur base des tarifs actuels qui sont très bas. Alors que la différence de charge d’emprunt entre les deux propositions ne serait que de 30 000 € par an. Depuis lors, ces chiffres ont encore évolué négativement. Mais le projet « 100 lits » a été refusé au sein du conseil de l’action sociale par une majorité, refus entériné par le collège communal. Je trouve inadmissible qu’on s’est lancé dans un projet qui ne sera pas rentable. » ¦

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 0 des 0 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?