Le holding Dexia sauvé jusqu’à fin novembre ?

Les régions ont ferraillé tout le week-end avec le fédéral pour sauver (temporairement) le holding Dexia de la faillite. L’issue n’était pas connue hier à 22H30.

Vendredi, c’était la panique du côté des régions. Et l’incompréhension. Hier soir, un comité ministériel restreint « de la dernière chance » était organisé. Il était 21H15.

C’était après la terrible défaite du Standard. « Cela a mis de mauvaise humeur Yves Leterme et Didier Reynders », ironisait l’un. Alors que l’on pensait qu’une solution temporaire pourrait être trouvée, au comité ministériel restreint cela s’est assez mal passé.

Un premier comité ministériel restreint s’est tenu dimanche à 13 h 30 entre Wallons, à Namur. Ensuite, 15 h 30, « descente » des experts des trois ministres-présidents wallon, flamand et bruxellois, au 16 rue de la Loi.

Les chefs de cabinet des régions ont passé leur dimanche après-midi avec ceux du Premier ministre et du vice-Premier, respectivement Leterme et Reynders. Ils ont étudié « une proposition de compromis équilibrée » sur le partage des coûts entre les deux niveaux de pouvoir pour sauver le holding Dexia.

Vers 19H30, on apprenait que « la proposition avait été bien accueillie mais qu’elle avait été amendée. Et elle doit encore recevoir l’aval politique ». Une source proche du dossier soulignait encore que « ce sera une bouffée d’oxygène. Cela permettra au holding de tenir le coup jusqu’à fin novembre, début décembre ».

Cet accord porte sur une nouvelle répartition des pertes. Elle reposera sur les épaules de quatre « socles ». Un : le fédéral. Deux : les régions. Trois : les créanciers. Quatre : les valeurs des actifs du holding.

Mais tout ceci n’est jamais qu’un report de faillite. Le holding Dexia n’a plus de raison d’être. Didier Reynders, le ministre des Finances (MR), l’a répété très clairement dimanche. « Cette société(le Holding Communal) n’a probablement pas d’avenir en tant que telle et est donc à mettre en liquidation », a-t-il affirmé lors de l’émission Controverse de RTL-TVI.

Didier Reynders avait toutefois souligné que tous, gouvernement fédéral et Régions, avaient la volonté de limiter les répercussions pour les communes, appelant chacun à respecter ses engagements. L’espoir existait donc toujours, du côté des régions, de voir le fédéral accepter de gagner du temps pour permettre une liquidation accompagnée du holding Dexia.

Hier soir, à l’heure où nous écrivions ces lignes, il était impossible de savoir comment le compromis était reçu au sein du comité ministériel fédéral. Certaines rumeurs faisaient état d’une opposition au projet. Le gouvernement flamand doit en tout cas se réunir ce matin dès 8 heures. Le gouvernement wallon envisageait de le faire hier très tardivement dès que l’option prise serait connue. ¦