« Depuis quelques saisons, la ligue tue le basket belge. Comment imaginer un seul instant que laisser 7 ou 8 joueurs étrangers – souvent américains – évoluer dans chaque équipe, ça va faire grandir le basket belge ? Outre le fait pour les fans de ne pas savoir s’identifier à leur club, ça pousse les prospects belges vers la D2, faute de temps de jeu. D’autant que des naturalisés prennent aussi des places… » Et notre Pepin de parler du modèle espagnol. « Là-bas, ils protègent leurs joueurs d’origine avec un nombre limité d’étrangers par équipe. Ainsi, ils disposent d’un réservoir inépuisable de talents. »¦

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 0 des 0 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?