Si Madame Claude a pu exercer pendant des années son lucratif business (entre 1 000 et 1 500 francs français la passe) sans être inquiétée, c’est parce qu’elle fournissait aux services secrets français des renseignements sur les pratiques les plus intimes des députés. Elle était connue sous le pseudonyme de Violette.