environnement

Les patrons sponsorisent les ouvrières

Les patrons sponsorisent les ouvrières

Une trentaine d’entreprises ont déjà leur ruche.

Avec son projet Made in abeilles, un Liégeois propose aux entreprises de devenir parrain d’une ruche. C’est bon pour la com’et l’environnement.

Rien ne prédestinait Stephan Galetic à devenir apiculteur. Mais un reportage télévisé sur la disparition des abeilles en a décidé autrement. Touché par ce désastre environnemental, le jeune assistant en philosophie de l’université de Liège décide de suivre une formation en apiculture. Mais là où il aurait ensuite pu se contenter de s’occuper des quelques ruches installées au fond de son jardin, Stephan Galetic a voulu aller plus loin en pollinisant le plus largement possible sa nouvelle passion et son envie de sauvegarder les faiseuses de miel. Le projet « Made in abeilles » prenait corps.

Le principe ? Une entreprise sponsorise la mise en place d’un nouvel essaim chez un des apiculteurs qui adhèrent au projet de Made in abeilles. En échange de son apport financier (900 €), elle appose son nom sur la ruche et dispose sur le site web d’une page dédicacée et qui vante son engagement environnemental. Enfin, elle reçoit 50 pots de miel à son nom : un cadeau d’entreprise «original et intelligent ».

Depuis que Stephan Gaelic a lancé son projet, une trentaine de PME y ont déjà adhéré. Des sociétés actives dans le domaine de l’environnement parfois, mais aussi d’autres venues d’horizons aussi divers que la vente de voitures ou le déménagement.

« Toutes ont été séduites par le concept original, mais surtout par la possibilité d’avoir un impact environnemental direct et très local, note le jeune apiculteur liégeois. C’est aussi l’occasion pour ces entreprises de concilier leur engagement environnemental avec la communication.»

Et pour Made in abeilles, l’objectif est aussi atteint : outre un soutien aux apiculteurs confrontés chaque année à une mortalité importante de leurs abeilles en augmentant le nombre de colonies, le plus important est la sensibilisation du public. Les responsables des entreprises adhérentes, leur personnel et les clients. Notamment ceux qui recevront en cadeau d’entreprise leur pot de miel avec un fascicule explicatif sur l’apiculture et le rôle essentiel joué par les abeilles.

Alors que l’opération n’en est encore qu’à ses débuts, certaines entreprises ont ainsi déjà organisé des séances de dégustation de miel avec leur personnel et d’autres ont programmé des séances d’information sur l’apiculture.

Pour Stephan Galetic, l’étape suivante du projet est d’ailleurs d’amener les ruches au sein même des entreprises. Un apiculteur se rendrait sur place pendant trois ans pour s’occuper des nouvelles ouvrières de l’entreprise et écoler le personnel qui pourrait ensuite prendre le relais. Autre idée à développer : le parrainage d’une partie de ruche par les particuliers. Pour 100 ou 200 €, il serait possible de prendre sous son aile quelques milliers d’abeilles et de recevoir en retour quelques pots de miel à son nom.¦