La rumeur :Pour les conspirationnistes, ce ne serait pas la révolte des passagers qui est à l’origine du crash du Boeing de la United Airlines en Pennsylvannie, mais un missile, tiré sur ordre du gouvernement. Des débris très éparpillés sur 13 kilomètres, des imprécisions sur l’heure du crash, un appareil qui échappe aux radars, un mystérieux avion blanc aperçu sur les lieux de l’accident sont autant d’éléments utilisés pour contester la version officielle.

La version officielle : L’avion s’est crashé à 10 h 03 min 11 s. L’heure est corroborée par l’enregistreur phonique et l’enregistreur de paramètres de l’appareil. D’après le rapport officiel de la Commission sur le 11 septembre, le vol 93 n’a pas pu être abattu par l’US Air Force, notamment parce qu’au moment du crash, les chasseurs ne connaissaient pas encore la position de l’avion. Selon le rapport, le transpondeur du vol 93 (le récepteur-émetteur qui permet de détecter l’appareil) a cessé d’émettre environ une demi-heure avant le crash. Les terroristes à bord de l’avion l’auraient mis sur « off » pour éviter d’être interceptés par l’armée de l’air. La Défense aérospatiale américaine n’a été avertie qu’à 10 h 07. Après le crash donc, et quarante minutes après le début du détournement de l’avion, selon le rapport de la Commission d’enquête. Trop tard pour intervenir, même si l’armée a déclaré après coup qu’elle n’aurait pas exclu la destruction du vol. Aucun F16 n’a donc pu, selon les enquêteurs, être envoyé sur place. Le rapport de la Commission d’enquête sur le 11 septembre écrit : « Le NEADS (Northeast Air Defense Sector) a reçu un premier appel concernant le vol United 93 de l’antenne militaire de Cleveland à 10 h 07. Sans savoir que l’avion s’était déjà écrasé, Cleveland a communiqué la dernière longitude et latitude connues. Le NEADS n’a jamais pu localiser le vol United 93 sur le radar, parce qu’il était déjà au sol. »

Le président Bush n’a donné l’ordre d’abattre tout avion suspect qu’à 10 h 20, trop tard également pour qu’il puisse concerner le vol 93.

Enfin, ce que l’on sait du déroulement des événements à bord du vol 93 provient essentiellement des appels passés par les passagers à leurs proches.

Trente-cinq l’ont été depuis des téléphones satellite Verizon installés dans l’avion (huit appels simultanés possibles).¦