La rumeur : Le 11 septembre, à 17 h 20, la tour 7 du WTC s’effondre en 7 secondes alors qu’aucun avion ne l’a percutée. Cette tour de 47 étages abritait notamment des bureaux de la CIA et, avancent les conspirationnistes, des dossiers très compromettants. Pour les conspirationnistes, ce bâtiment a fait l’objet d’une démolition contrôlée. Ils soulèvent la perfection de l’écroulement et sa rapidité pour développer l’hypothèse d’un dynamitage.

La version officielle : Lors de l’effondrement de la deuxième tour, la tour Nord, des débris ont endommagé le tour 7, provoquant des départs de feu. Des photos et différents témoignages confirment la présence de flammes au sud-ouest de la tour, entre le 7e et le 13e étage. Dans son rapport de 115 pages sur la tour 7, publié en août 2008, le NIST (National Institute of Standards and Technology), une agence de recherche et développement dépendant du ministère du Commerce américain, indique que les incendies sont rapidement devenus incontrôlables entre les étages 7 à 9 et 11 à 13. L’incendie était tellement intense que les pompiers, une fois l’immeuble évacué, ont abandonné la tour aux flammes pour porter secours aux rescapés des Twin Towers. Preuve qu’il ne s’agit pas d’un dynamitage selon la version officielle : la tour s’est effondrée en deux temps. Selon l’ensemble des relevés techniques et les simulations du NIST, les feux ont affaibli les portiques de renforcement en acier. La chaleur leur a fait perdre leur rigidité entraînant des réactions en chaîne : les portiques ont plié ; les boulons et les écrous, qui les liaient, ont cassé ; les planchers, plus soutenus par les portiques, se sont effondrés ; la colonne s’est brisée, cet enchaînement a déséquilibré la tour, qui s’est affaissée. L’effondrement de la tour 7 s’est donc fait en deux temps. D’abord, un effondrement interne, du « toit terrasse » et de toute la colonne. Puis, c’est tout le bâtiment qui s’est écroulé. ¦