médecine

Une prime plus attractive pour les médecins de campagne

Une prime plus attractive pour les médecins de campagne

Médecin de campagne, une profession qui devient de plus en plus rare...

BSIP / Reporters

On manque de médecins de campagne. La profession n’attire plus. Les médecins qui y exercent prennent de l’âge. Les conditions de travail y sont plus dures qu’ailleurs. Les gardes sont plus fréquentes et moins aisées à partager. Les déplacements vers les patients sont longs. Le problème touche également certains quartiers difficiles en ville.

Dix-huit mesures ont été imaginées pour « booster » l’attractivité de la médecine générale en avril 2010. L’une de celles-ci vient d’être adoptée à la Chambre. Les nouveaux médecins qui s’installent dans les zones en pénurie ont actuellement droit à une prime baptisée « Impulseo ».

Les médecins qui s’installent en zones dites « prioritaires » reçoivent 20 000 euros de prime. Mais ces primes étaient jusqu’ici fortement imposées. Ce ne sera plus le cas. « À l’heure actuelle, l’administration fiscale considère ce montant comme un revenu professionnel du médecin que celui-ci doit déclarer l’année où il le perçoit. Il s’ensuit que les médecins sont imposés sur la totalité de cette somme », explique le député David Clarinval (MR). Ce dernier a fait du retour des médecins dans les villages un véritable combat. La taxation sur la prime Impulseo sera réduite à 16,5 % dès l’exercice d’imposition 2012. « J’espère que cela débouchera sur l’installation de nouveaux médecins dans nos campanes qui en ont bien besoin », conclut David Clarinval.¦.

C.Ern.