Ils ont dit « nee »

Wouter Beke tourne le dos à la négo Reporters

Nous passerons un deuxième été sans gouvernement de plein exercice. C’est la seule certitude qui s’impose dans cette crise politique longue durée.

Depuis hier, les chances de voir se concrétiser les résultats du scrutin de 2010 sont plus éloignées que jamais. Sur la suite exacte des événements, on peut encore gamberger.

Élections, rafistolage institutionnel pour mettre en état de marche une équipe Leterme en super-affaires courantes… Des hypothèses sont sur la table, mais elles ne sont que le prolongement d’un triste constat : le dialogue politique entre les deux communautés est devenu impossible.

Partant de là, il est évident que de nouvelles élections ne changeraient pas la donne, bien au contraire. Un scrutin pourrait encore renforcer la N-VA au nord du pays. Et si, aujourd’hui, le parti de Bart De Wever se refuse à discuter d’une note qui ne reflète pas complètement son programme, on ne voit pas ce qui pourrait l’amener à changer d’avis, demain.</P>

Jeux électoralistes

Hier, le pouvoir déprimant du « non » de la N-VA a été amplifié par la pleutre attitude du CD & V. Les sociaux-chrétiens n’ont pas osé le dialogue sur base de la note Di Rupo. Ils ont enrayé la dynamique constructive imprimée par le formateur.

Faut-il y voir des raisons électorales ? Par crainte d’être considéré comme un mauvais parti flamand, le CD & V ne veut pas laisser à la N-VA tirer profit d’une intransigeance rugissante. En cas de nouvelles élections fédérales, ce serait l’échec assuré. De plus pour les communales de 2012, les sociaux-chrétiens ne veulent pas, non plus, fâcher le parti avec lequel ils nourrissent en différents endroits des ententes stratégiques.

Le complexe de la mante

Les liaisons dangereuses entre ces deux partis bloquent le pays. Le premier veut asseoir son pouvoir par une argumentation monolithique et un refus entêté du compromis. Il semble réclamer un nouveau passage aux urnes qui pourrait le rendre encore plus incontournable.

Le deuxième, pathétique, ressent le terrible pressentiment du mâle de la mante religieuse après l’accouplement, mais veut se persuader qu’il est encore vivant et puissant. En attendant, la Belgique est de moins en moins un pays.