Le secrétaire général, Christophe Wambersie et l’ex-président, Jean-Marie Coyette, sont inculpés. La raison : un jeu d’influences.