ROLAND GARROS

Federer stoppe Djokovic et rejoint Nadal en finale

Federer stoppe Djokovic et rejoint Nadal en finale

EPA

Roger Federer a rejoint son vieux rival Rafael Nadal en finale de Roland-Garros après avoir mis fin à l’invincibilité de Novak Djokovic en 2011 avec une victoire 7-6 (7/5), 6-3, 3-6, 6 (7/5) vendredi en demi-finale.

En attendant de défier l’Espagnol dimanche, le Suisse lui a offert un joli cadeau d’anniversaire en arrêtant la série de 43 victoires de suite de Djokovic qui, en cas de succès vendredi, aurait ravi la place de N.1 mondial à Nadal.

Sur un Central tout acquis à sa cause, Federer y est parvenu au terme d’une performance époustouflante, très éloignée des théories de déclin, face à un Djokovic déterminé à réaliser le rêve de sa vie.

Le match a tenu toutes ses promesses avec des enjeux énormes, une qualité de jeu fantastique et un suspense haletant tout le long. Federer a défendu deux balles de premier set à 4-5 sur son service avant de faire craquer Djokovic dans le tie-break et de survoler le set suivant.

A la nuit tombante

Il a fait plus fort encore dans le quatrième set où il a repris le service de Djokovic, qui servait pour égaliser à deux manches partout, avant de remporter aussi, sur un ace, le deuxième tie-break, alors que la nuit menaçait de tomber.

Le match, appelé à devenir un classique, a évolué la plupart du temps à un niveau démentiel, les deux champions jouant pratiquement en demi-volée des échanges menés à une cadence folle, proche du ping pong.

Vainqueur de Roland-Garros en 2009, Federer disputera sur cet élan sa cinquième finale à Paris, sa quatrième face à Nadal. L’Espagnol, vainqueur 6-4, 7-5, 6-4 d’Andy Murray dans la première demi-finale le jour de ses 25 ans, a gagné les trois premières et mène 16-8 dans leurs confrontations directes.

Une revanche éclatante

Nadal, en lice pour un sixième sacre à Roland-Garros, sera encore le favori logique dimanche. Mais Federer, dont ce sera sa 23e apparition en finale d’un Grand Chelem, peut y croire au vu de son récital face à Djokovic.

Il a pris une revanche éclatante sur le Serbe qui l’avait battu en demi-finales des deux derniers tournois du Grand Chelem et qui restait sur 43 succès de rang, dont 41 en 2011, à une longueur du meilleur début de saison de tous les temps de John McEnroe.