SERIE

La série événement Le Trône de Fer la semaine prochaine en français et fin d'année en Belgique

Des créatures médiévales et fantastiques. HBO

La série fantasy «Le Trône de Fer» de HBO, adaptée des romans du même nom écrits par George R. R. Martin, débarque la semaine prochaine en France. Le moment de faire le point sur cette saga événement qui débarquera fin d'année en Belgique, sur BeTV.

Voilà une série qui devrait ravir les amateurs du «Seigneur des Anneaux» ou de «Harry Potter». Mais ceux qui sont portés sur «Les Rois Maudits», «Les Tudors» ou «Les Pilliers de la Terre» peuvent aussi préparer le siège de leur télé: la série «The Game of Thrones» («Le Trône de Fer») débarque ce 5 juin en France sur Orange et fin d'année sur BeTV, qui en a acquis les droits de diffusion. En d'autres termes: elle va être visionable par ceux qui ne comprennent pas la langue de Tolkien. 

Produite par le fameux réseau HBO («Sex and The City», «Sopranos», «Deadwood», «Six Feet Under», «Broadwalk Empire», «The Wire»...), la série adapte les deux premiers volumes en français de la saga romanesque de George R. R. Martin, «Le Trône de Fer» et «Le Donjon Rouge», parus en 1996 en anglais sous un seul volume. Elle est diffusée depuis le 17 avril sur HBO et ses téléspectateurs attendent l'épisode 8 pour cette semaine (voir sa bande-annonce dans notre dernière vidéo). Cette première saison comptera 10 épisodes et une seconde saison sera tournée dans la foulée. La première saison, tournée entre l'Irlande, le Maroc et Malte, dispose d'un budget colossal de 35 à 42 millions d'euros.

Rois maudits et intrigues politiques

«Le Trône de Fer» se déroule dans le monde médiéval fantastique des Sept Couronnes. Son Roi, issu d'un continent aux hivers redoutablement longs, y cherche un nouveau conseiller et nomme son ami Eddard Stark, seigneur d'une province nordique. C'est le destin de la famille Stark, dont le patriarche est joué par Sean Bean (le Boromir du Seigneur des Anneaux), que suivent les romans et la série. Stark et ses enfants devront trouver leur place dans une intrigue principalement politique, qui oppose Westeros aux Rois Fous d'une autre maison, héritiers de la couronne mais écartés du trône.



Loin des débauches de magie, des hordes d'orcs et d'elfes du «Seigneur des Anneaux», le climat du «Trône de Fer» est excessivement politisé. Il calque avec un mimétisme confondant les institutions de l'Europe féodale. Sang, lutte intestines, épées, torture, champs de bataille..., les critiques comparent d'habitude son intrigue à une version imaginaire des «Rois Maudits» de Druon. Il s'agirait en fait d'un roman historique où seuls les nations seraient imaginaires. Même si Martin ne crache pas sur un dragon ou sur une petite formule magique.

Revenir dans la course au trône de la meilleure série

Fort de son expérience dans le monde des séries, HBO a donc vu là façon de renouveler son catalogue tout en ne déroutant pas trop les habitués de ses productions excessivement complexes et psychologiques. Et surtout de draguer les lecteurs du roman, écoulé à 7 millions d'exemplaires dans le monde alors que la saga prévue en 7 tomes n'est pas terminée. Comment? En jouant sur le même registre fantastique que le réseau qui monte AMC («Mad Men», «Breaking Bad») avec «The Walking Dead». HBO est d'autant mieux armé qu'elle a déjà produit une excellente série fantastique avec «Carnivale» et une inoubliable série historique avec «Rome». D'où sans doute quelques similitudes dans la dramatisation rhétorique et... la propension au nu. Même si on est loin des navets cuirassés de cuir et de carton pâte que sont Xena ou Hercule.

Au niveau des audiences, la série flirte avec les 2,5 millions de téléspectateurs en prime et avec les 3 millions en comptant les rediffusions. En Angleterre, où la série est diffusée sur Sky, elle dépasse le demi-million de téléspectateurs en prime et le million en rediffusion. Des audiences tout-à-fait respectables à en croire les sites spécialisés.

Les bande-annonces qui trainent sur le net laissent augurer du meilleur. Pour qui aime le genre en tout cas. Avec HBO, on peut s'y attendre. Couperet français très bientôt.