« Je ne nous voudrais pas faire de déclarations avant d’avoir bien discuté avec tout le monde, explique d’emblée le bourgmestre André Denis (EC-MR). Il y a une réunion entre ambulanciers ce mardi, avec le comité PIT dans quelques jours » et le mayeur préconise la sérénité. « Au niveau opérationnel, le PIT est une solution. On peut dire que son arrivée est un plus pour la prise en charge de la population et des patients. Chacun est d’accord sur ce point. Par rapport au mécontentement des ambulanciers, il est vrai qu’ils ont beaucoup moins d’interventions qu’auparavant. Et le problème, c’est qu’assurer une garde sous toit(pour le PIT) ou à domicile (pour l’ambulance du SRI), ce n‘est pas du tout la même chose. Maintenant, le PIT est là et il restera probablement. » Une piste avait au passage été envisagée, pourtant. « On avait proposé d’utiliser le subside alloué au PIT pour un véhicule de type léger, avec un infirmier à bord, qui prendrait en charge les patients et qui se ferait rejoindre par l’ambulance. Mais la volonté du SPF Santé publique n’est pas de fonctionner comme ça. Le concept PIT, c’est de pouvoir emmener les personnes dans le véhicule. Cela n’est donc malheureusement pas possible pour le moment. » Et André Denis de rappeler que « nous voulons vraiment parler avec tous pour trouver une solution. »¦B.H.