Le 21 mars 1886 est fondée la société coopérative du Personnel des chemins de fer, postes et télégraphes au 2, rue de Monnel. Trois ans plus tard, dans le but d’étendre les bienfaits d’une telle structure à l’ensemble des agents de la fonction publique, cette société donne naissance à la société coopérative l’Avenir à la rue de l’Épinette. Les 7 813 associés inscrits au 31 juillet 1931 trouvent leur avantage dans les prix pratiqués et dans les ristournes offertes. Au fur et à mesure, se créent, autour du magasin central implanté à la rue des Remparts, une boulangerie/pâtisserie, un magasin de charbons, une boucherie, un salon de coiffure, un magasin de tissus, confection, coutellerie, ameublement. Un système de livraison à domicile est mis en place tandis que les chalands, notamment au rayon boucherie, se voient obligés de prendre un ticket pour éviter les bousculades. Cet âge d’or de l’avant-guerre est battu en brèche par les nouvelles structures issues du modernisme. Après le pain, le charbon, le magasin de la rue du Rempart ferme ses portes dans les années 70.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 0 des 0 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?